Burkina Faso: Enfants démunis - CANAL+ Burkina fait parler son cœur au village d'enfants SOS

24 Janvier 2019

CANAL+ Burkina se veut une entreprise citoyenne. De ce fait, elle ne cesse de faire parler son cœur au besoin.

C'est ainsi qu'elle a démontré une fois de plus son visage humain vis-à-vis du village d'enfant SOS de Ouagadougou en ce début d'année. Composé de vivres, de jouets, de vêtements, de gadgets CANAL+, et d'une enveloppe financière et autres besoins de première nécessité, ce geste de CANAL+ Burkina et ses employés vise selon son directeur pays, Aymé Makuta, à continuer de manifester la générosité de cette télévision payante qui se veut plus proche des populations.

CANAL+ Burkina donne ainsi vie à la citation du fondateur de SOS village d'enfants, Hermann Gmeiner qui dit «Le bien n'existe qu'à moins qu'on le fasse.» Face à ce geste, Seydou Pon Traoré, Directeur des programmes de SOS village d'enfants Burkina ne peut que dire «Merci». «Par ce geste, CANAL+ Burkina nous aide à remplir notre serment qui est d'offrir cette chaleur d'un foyer aux enfants de SOS village d'enfants», reconnait M. Traoré. Si le donateur entend ainsi nouer un partenariat de longue durée avec SOS village d'enfants, les bénéficiaires quant à eux, invitent les autres acteurs de la société à suivre l'exemple de CANAL+ Burkina.

La générosité étant la mesure de sa tendresse, CANAL+ Burkina et ses 200 employés démontrent ainsi la profondeur de leur tendresse envers les personnes qui en ont besoin. «Nous sommes une entreprise commerciale certes mais nous sommes également une entreprise composée d'hommes et de femmes qui ont un cœur. C'est donc un geste sincère qui vient du cœur parce que nous croyons en l'avenir de ces enfants», foi de Aymé Makuta. Un geste symbolique certes mais fort apprécié par l'ensemble du personnel et des enfants de SOS village d'enfants Burkina qui à l'occasion, ont retrouvé la joie de vivre.

En rappel, le premier village d'enfants SOS a été fondé en 1949 à Imst en Autriche par Hermann Gmeiner qui s'était engagé à aider les enfants démunis ayant perdu leur foyer et leur famille après la seconde guerre mondiale. Au Burkina, le premier village a été ouvert en 1997 à Ouagadougou et compte 103 pensionnaires à ce jour. Le deuxième village en 2004 à Bobo-Dioulasso. Ces villages accueillent les enfants qui ont perdu la prise en charge familiale ou qui risquent de la perdre pour les raisons d'indigence, de maladies chroniques, d'invalidité ou de décès des parents.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.