24 Janvier 2019

Sénégal: OMVS - 39 milliards de francs de la BM pour la phase 2 du PGIRE

Dakar — La Banque mondiale va financer en 2019 la phase II du projet de gestion intégrée des ressources en eau et de développement des usages multiples du basin du fleuve Sénégal (PGIRE) pour un montant de 39 milliards de francs CFA, a révélé jeudi le haut commissaire de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal, Hamed Diane Séméga.

"Le montant global accordé par la Banque mondiale aux Etats membres de l'OMVS pour la mise en œuvre de cette seconde phase, est chiffré à 240 millions de dollars", a précisé le haut commissaire de l'OMVS.

M. Séméga intervenait à l'occasion de la 5ème réunion du comité régional de pilotage du projet de gestion intégrée des ressources en eau et de développement des usagers multiples du bassin du fleuve Sénégal, phase II (PGIRE).

Il a souligné les "efforts remarquables" des Etats membres de l'OMVS "au regard des difficultés économiques de tous bords pour que le bassin se développe en harmonie avec les attentes de nos populations".

Évoquant les objectifs, il a indiqué qu'ils portent notamment sur la réduction des effets négatifs des changements climatiques, pour que les populations du bassin soient capables de résister à leurs impacts et d'accroître leurs richesses.

Il s'agit également de capaciter l'OMVS pour qu'elle puisse faire face aux défis liés aux nouvelles technologies.

"Le fleuve Sénégal est sahélien ainsi soumis à une forte variabilité saisonnière mais qui surtout est très fragile avec le réchauffement climatique", a affirmé le haut commissaire.

Il a déclaré que le renforcement institutionnel "permet de doter l'OMVS d'un outil pour être en phase avec les attentes des plus hautes autorités".

Concernant le développement des usages multiples, il a rappelé le caractère transfrontalier de la ressource en eau et l'accroissement de la démographie dans le bassin du fleuve Sénégal.

Aussi a-t-il appelé à accroître la maîtrise de la ressource par la création d'autres infrastructures, notamment des barrages hydroélectriques en Guinée par exemple pour accroître la production hydroélectrique.

Le PGIRE, a-t-il indiqué, est " un projet à très fort impact de développement socio-économique".

"Ce programme en deux phases, multisectoriel et régional, renforce l'intégration régionale à travers l'OMVS afin que le développement des usages multiples de l'eau favorise l'amélioration des conditions de vie des populations locales".

Il a souligné qu"'autour du bassin se déroulent des activités moins visibles qui, au quotidien, participent à faire de l'OMVS cet outil d'intégration que nos chefs d'Etats regardent avec beaucoup d'attention et que les populations sollicitent".

Sénégal

CAN 2019 - Qui de l'Algérie ou du Sénégal succédera au Cameroun ?

Le Sénégal et l'Algérie se retrouvent ce vendredi 19 juillet 2019 au Caire pour la finale de la 32e… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.