24 Janvier 2019

Sénégal: Protection du patrimoine subaquatique - Dakar va ratifier la convention 2001 de l'UNESCO dans "les meilleurs délais"

Dakar — Le Sénégal, par la voix du ministre de la Culture Abdou Latif Coulibaly, a pris jeudi l'engagement de "hâter le pas" pour ratifier "dans les meilleurs délais" la convention 2001 de l'UNESCO sur la protection du patrimoine subaquatique.

"Je sais que parmi les objectifs de cette réunion, figure en bonne place, la ratification par les Etats présents de la convention pour la protection du patrimoine subaquatique", a-t-il avancé lors de la clôture de la 5e réunion régionale sur la protection du patrimoine culturel subaquatique.

Le ministre de la Culture estime que "ce n'est pas par manque de volonté politique que cette ratification tarde, mais on n'y pense pas toujours".

"Je puis vous assurer que le Sénégal va hâter le pas pour ratifier très rapidement la convention 2001 de l'UNESCO", a-t-il assuré, s'engageant " à conduire, à terme, le processus déjà enclenché dans les meilleurs délais".

Selon Abdou Latif Coulibaly, le Sénégal "est en retard sur beaucoup de conventions à ratifier, nous allons résorber très rapidement tous les retards liés à ces conventions".

Depuis 2015, a-t-il rappelé, le ministère de la Culture avait entrepris des démarches selon lui importantes pour la ratification de la convention 2001 de l'UNESCO, car "le dossier de ratification a bien avancé et la Direction du patrimoine culturel (DPC) travaille dans ce sens avec les services du ministère des Affaires étrangères", lit-on dans un document remis à des journalistes.

Le Sénégal qui dispose de 700 km de côtes compte dans son arsenal juridique, la loi 1971-12 pour la protection du patrimoine archéologique, qui fixe le régime des monuments historiques et celui des fouilles et découvertes.

Mais "cette loi ne fait pas mention des vestiges immergés", le code de la pêche se présentant comme l'instrument juridique dédié à la protection des eaux territoriales sénégalaises.

Sur le plan international, le Sénégal a ratifié depuis le 25 octobre 1984 la convention des Nations unies sur le droit de la mer.

La ratification de la convention 2001 de l'Unesco sur la protection du patrimoine culturel subaquatique présentant un double intérêt pour le Sénégal, selon Abdou Latif Coulibaly.

"Il s'agit d'une part, de disposer d'un nouvel instrument normatif qui viendrait renforcer le cadre législatif pour protéger cet important patrimoine méconnu".

D'autre part, il permet de mettre en valeur ce patrimoine "dans une perspective scientifique, éducative et économique", a expliqué le ministre de la Culture.

Toutes choses qui, selon le ministre, expliquent le fait que la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine subaquatique restent parmi les actions prioritaires de la Direction du patrimoine culturel.

Dans ce cadre, cette dernière participe à un projet de coopération multinationale sur la valorisation du patrimoine subaquatique avec les îles macaronésiennes (Açores, Madère, Canaries, Cap-Vert).

"Le Sénégal, de par sa position stratégique entre l'Afrique, l'Europe et le nouveau monde, recèle forcément d'importants biens culturels subaquatiques", a souligné le ministre.

Si l'on en croit Abdou Latif Coulibaly, le Sénégal "a déjà commencé à construire un parcours de sites subaquatiques, les colons (français) avaient cherché à relier Gorée par la terre ferme, nous avons découvert aux larges" des Mamelles "des canons qui ont une signification particulière dans nos rapports avec les colons".

Selon la secrétaire générale de la convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique, Ulrike Guerïn, "60 pays ont ratifié la convention dont 15 sont dans la région africaine".

"Beaucoup sont avancés dans le processus comme le Cap-Vert, et on espère que le Sénégal y sera aussi", même si "cela prend du temps dans le système parlementaire des différents pays", dit-elle.

Sénégal

Appel à l'insurrection et au sabotage du scrutin présidentiel - Macky «met en garde» Wade

Les sorties incendiaires de Me Abdoulaye Wade appelant à un sabotage du scrutin présidentiel du 24… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.