Cameroun: Plusieurs blessés lors de la répression d'une manifestation du MRC

Les régions anglophones du Cameroun en conflit

Quatre personnes au moins ont été blessées hier samedi à Douala au Cameroun, selon la société civile. Blessées dans la répression d'une manifestation non autorisée du MRC, le parti de Maurice Kamto.

L'opposant continue de revendiquer la victoire à la dernière élection présidentielle. Des marches étaient prévues dans plusieurs villes du pays mais à Douala, la capitale économique, les manifestants, pourtant peu nombreux, ont été violemment dispersés et on déplore plusieurs blessés.

La société civile dénonce la violence de cette répression. De leur côté, les autorités ont convoqué la presse.

Parmi les blessés qui étaient hospitalisés samedi soir, Célestin Djamen, un des responsables du MRC, et l'avocate Michèle Ndoki, première vice-présidente des femmes du parti.

Des vidéos témoignant de la violence de la répression de ces manifestations, notamment à Douala, ont circulé toute la journée sur les réseaux sociaux.

Sur l'une d'elles, l'on a pu voir l'une des manifestantes, l'avocate Michèle Ndoki, subir des soins dans un lit d'hôpital, avec deux plaies béantes sur la cuisse droite. Des plaies provoquées, selon diverses sources, par des tirs à balles réelles dont auraient fait usage les forces de l'ordre.

C'est elle qu'on visait ! J'étais avec elle, on n'a pas tiré sur moi... On ne tire pas sur quelqu'un qui ne menace pas !

Dans sa communication, le gouvernement a réfuté en bloc cette accusation

« Je voudrais confirmer que les forces de maintien de l'ordre n'ont fait usage d'aucune arme à feu à Douala, a déclaré le ministre de l'Administration Territoriale, Paul Atanga Nji. Toute information qui affirme le contraire est mensongère et fabriquée de toutes pièces ».

Le MRC, à travers ses manifestations, est dans la provocation, a renchéri le ministre : « Les actes de provocation perpétrés par le MRC et ses militants à Douala, à Yaoundé et à Bafoussam, sont des faits d'une extrême gravité.

Je dirais même que le MRC a franchi la ligne rouge et a débordé le seuil de la tolérance. La mansuétude du gouvernement ne doit en aucun cas être considérée comme un signe de faiblesse ».

Paul Atanga Nji a achevé sa communication en subodorant l'éventualité de la suspension provisoire, voire définitive, du MRC ou tout autre parti qui viendrait à l'avenir contrevenir à la loi.

Le ministre de la Communication René Emmanuel Sadi et porte-parole du gouvernement revient sur le déroulement de ces manifestations donc principalement celle de Douala ou les forces de l'ordre ont été accusées d'avoir fait usage des armes à feu contre les manifestants.

Plusieurs individus, pris en flagrant délit de perturbation de l'ordre public et de voies de faits diverses ont été interpelés et placés en garde à vue.

S'agissant de Douala, quelques participants à cette marche illégale se sont organisés de manière particulièrement agressive et ont pris sur eux de défier les forces de sécurité.

Il s'en est suivi quelques échauffourées au cours desquelles les forces de sécurité ont fait usage d'une logistique règlementaire

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.