26 Janvier 2019

Tunisie: Le braconnage a dépeuplé le désert de Tozeur, de sa faune

Tunis/Tunisie — - « Les paroles de regret ne suffisent pas à exprimer ma peine, pour la perte d'une faune qui a été éradiquée depuis la moitié des années 80. Le désert du gouvernorat de Tozeur est, aujourd'hui, quasiment dépeuplé, sauf de quelques oiseaux, dont l'outarde houbara qu'on trouve dans les régions nord du gouvernorat de Tozeur dont les régions de "Oudia" et "Edhafria", jusqu'à la région de Ben Guécha, aux frontières algériennes», soupire Mohamed, ancien garde forestier à Tozeur.

Ce garde, qui a passé trois décennies à se déplacer dans le cadre de son travail, entre les délégations du gouvernorat et à essayer de préserver autant que possible animaux et oiseaux, a déclaré à l'agence TAP, que « la récente visite d'un groupe princier arabe, n'est pas la première et ne sera pas la dernière, étant donné que la violation de la nature continue depuis des décennies, au su et au vu des autorités régionales et centrales».

A rappeler que la société civile tunisienne a dénoncé une partie de chasse menée dernièrement, par un groupe de Qataris venu braconner des espèces en voie d'extinction, dont l'outarde, à Tozeur.

Pour Mohamed, «il y a plus de deux décennies, les régions nord et est de Tozeur recelaient des gazelles, des perdrix, des outardes houbara, des lapins sauvages et des fennecs. Les gazelles étaient visibles, au début des années 90, et c'est pour cela que le ministère de l'Agriculture avait envisagé de créer le parc national de Dghoumès pour préserver cette faune ».

Et de poursuivre « les possibilités de braconnage et l'absence de sensibilisation quant à l'importance de la nature, sont les principales causes de l'afflux de délégations touristiques et d'émirs arabes de l'Arabie Saoudite, du Koweit et du Qatar mais aussi, de personnalités influentes de la région, des responsables administratifs et sécuritaires, qui ont occupé des postes de responsabilité dans la région, dans les années 90, et jusqu'aux années 2000, usant de leurs pouvoirs, alors que les parties concernées, et à leur tête le ministère de l'Agriculture se sont désintéressés de ces violations ».

Mohamed témoigne que des personnalités influentes ont été arrêtées en flagrant délit de braconnage, au Lac Chamsa à Tozeur, qui abrite de nombreux oiseaux, ainsi que dans d'autres régions. «Malheureusement, ces violations n'étaient pas sanctionnées et l'affaire se terminait en faveur des personnalités influentes et leurs connaissances ».

Le garde forestier affirme que « cette situation n'a changé qu'en 2011, lorsque la direction régionale des forêts a pu sanctionner les braconneurs, quelles que soient leurs positions et leurs fonctions ; c'est ainsi qu'entre 2012 et 2016, des faucons et des armes utilisés dans la chasse ont été confisqués et des amendes appliquées, lesquelles ont généré des revenus respectables à la direction ».

Il a rappelé qu'auparavant, "certains gens de pouvoir payaient des personnes pour reconnaitre les endroits où nichent les oiseaux dans les régions de Oudia, Edhafria, Oued Sehili, les zones de repeuplement et Ben Guecha, alors que les groupes de chasseurs arabes avaient des campements dans le désert de la région, équipés pour rester plusieurs semaines, en hiver, étant donné les bonnes conditions climatiques".

D'après lui, "ces campements bénéficiaient d'une protection sécuritaire et des autorités régionales et centrales, ce qui confirme la complaisance de l'autorité à l'époque, l'égard des opérations de braconnage. Même certaines agences de voyages et de personnes ordinaires facilitaient la mission de ces délégations".

Et de poursuivre qu'« en absence d'animaux sauvages et d'oiseaux, qui ont été exterminés, les sangliers ont proliféré dans les oasis de Djerid, son désert et même ses villes ».

Abdelhafidh Omri, un habitant de la région de Kechmou (délégation de Hamet Djerid), qui connaît bien les chasseurs et les visiteurs de sa région, a indiqué que « longtemps, les bergers ont servi de guides aux chasseurs, pour leur faire connaître les endroits de reproduction de certains oiseaux ».

Il affirme, que le nombre d'outardes houbara dans la région, que le groupe touristique Qatari a cherché à chasser, dernièrement, ne dépasse pas les 10. Cet oiseau privilégie les régions où les arbres restent vivaces tout au long de l'année, et la terre est caillouteuse. Il se reproduit autour de l'Oued Sehili et Chott Gharsa, à l'Est jusqu'au frontière algérienne et il niche dans les dunes.

Alors que des activistes de la société civile à Tozeur ont lancé une campagne contre ce braconnage et que certains ont porté plainte devant la justice contre ces braconneurs, Abdelhafidh explique cette situation par « la coopération entre les deux pays, sous l'égide des autorités centrales, en contrepartie d'investissements et de financements ».

Il convient, toutefois, que la direction des forêts a déployé des efforts pour lutter contre cette chasse illégale.

Mohamed Dabbabi, directeur du service des forêts a Tozeur, a indiqué que les efforts déployés depuis 2011 ont permis de saisir des faucons et de dresser des procès verbaux à l'encontre de braconniers venant du Qatar et du Koweït, et de restreindre le champ d'action des collaborateurs avec ces derniers, parmi les habitants de la région.

Il a fait savoir que l'outarde houbara a pu se multiplier récemment, au nord du gouvernorat de Tozeur, grâce à l'interdiction de sa chasse, durant de nombreux années et une surveillance plus étroite des chasseurs.

Pour certains activistes de la société civile, l'éradication de braconnage ne peut se faire que par des lois répressives et en déléguant les prérogatives d'octroi ou non ,des permis de chasse aux autorités et services régionaux, surtout lorsqu'il s'agit de personnes étrangères.

Le gouverneur de Tozeur, Salah Mtiraoui, qui a, dans un premier temps, nié avoir connaissance de cette question, a justifié ces cas de chasse illégale par le fait "qu'il n'y a pas de prérogatives pour le gouverneur sur cette question".

Il a assuré que "l'octroi de permis se fait au niveau central", tout en reconnaissant que "le séjour de l'Emir Arabe et de la délégation que l'accompagne était connu".

Il a, toutefois, affirmé que « les photos parues sur les réseaux sociaux de gazelles égorgées étaient erronées, vu l'extinction de cet animal depuis des décennies dans la région ».

Il a considéré que "la présence de qataris et de Koweitiens dans la région pour faire de tourisme et de la chasse n'est pas une atteinte à la souveraineté de l'Etat étant donné que leurs visites étaient connues des appareils de l'Etat ».

Tunisie

Le nombre de migrants a doublé en un an

Selon une ONG tunisienne, le nombre de migrants arrivés dans le pays a été multiplié par… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.