Ile Maurice: PMSD Rodrigues - «Des candidats rodriguais aux élections, pas mauriciens»

Le PMSD Rodrigues est désormais le quatrième parti politique local. C'est Vincent Perrine, porte-parole des Bleus dans l'île, qui le dit. Il n'en démord pas : le congrès organisé le 23 janvier a été un succès et un signal fort. Il était face à la presse samedi 26 janvier, à Port-Mathurin.

Vincent Perrine annonce que le parti n'alignera pas de candidats mauriciens lors des joutes électorales, mais bel et bien des candidats rodriguais. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la branche rodriguaise se nomme PMSD Rodrigues, explique-t-il. «Le parti souhaite se positionner comme chien de garde en dénonçant des pratiques douteuses et des magouilles qui mettent l'île à genou et font reculer l'autonomie. Nous souhaitons renforcer l'autonomie et non l'inverse, comme certains veulent le faire croire.»

De faire valoir que l'idée de relancer le parti à Rodrigues, après de longues années d'absence, remonte à 2017, alors que les Rodriguais étaient confrontés à «boukou zafer ki pa normal». Au dire de Vincent Perrine, il y a beaucoup de discrimination à Rodrigues. Le PMSD prône une politique de dialogue, dans le respect de la démocratie. «Nous voulons un vrai développement économique car il y a de la stagnation dans plusieurs secteurs», avance Vincent Perrine.

«Le parti souhaite se positionner comme chien de garde en dénonçant des pratiques douteuses et des magouilles qui mettent l'île à genou et font reculer l'autonomie. Nous souhaitons renforcer l'autonomie et non l'inverse, comme certains veulent le faire croire.»

Il cite, entre autres, le secteur agricole. Face à la sécheresse, il est impératif de trouver des alternatives, argue-t-il. Quant au secteur touristique, les statistiques démontrent que les arrivées touristiques sont en baisse. «Il faut une certaine volonté politique afin de renverser la tendance. Bizin aret fer bann zafer piecemeal.»

Autre sujet abordé par le porte-parole du PMSD Rodrigues : l'indépendance financière de l'île. «Rodrigues doit devenir financièrement indépendante. On ne peut pas continuer à mendier pour quelques miettes. L'exode vers Maurice continue et devient ingérable là-bas. Après 16 ans d'autonomie, le Rodriguais n'a toujours pas obtenu ce qu'on lui avait promis, à savoir un emploi durable et la consolidation de la famille. Nous sommes en 2019 et certaines choses ne devraient plus exister», martèle Vincent Perrine.

Abordant le secteur de l'éducation, il trouve inquiétant que le taux de réussite aux examens de School Certificate a chuté de 13 %. Idem pour le Nine Year Schooling, qui selon lui n'est pas appliqué comme il se doit à Rodrigues.

Son message aux Rodriguais et aux jeunes : «donner un coup de main afin de pouvoir avancer ensemble». Vincent Perrine insiste, «il ne faut ni paniquer ni avoir peur quand on dit la vérité. Certains ne sont pas contents mais chaque Rodriguais devrait être heureux que le PMSD Rodrigues s'implante dans l'île. Ce qui fait qu'il y aura plus de députés pour défendre la cause rodriguaise au sein de l'Assemblée nationale».

Il est également revenue sur les propos du commissaire de la santé, Simon Pierre Roussety, quant à la présence du leader de l'opposition dans l'île. «Il a déclaré que le leader de l'opposition n'avait pas le droit de mettre son nez dans les affaires de l'île concernant les patients dialysés car Rodrigues est autonome. Je dois lui rappeller que Xavier-Luc Duval est le leader de l'opposition de toute la République et que le secteur de la santé est placé sous la tutelle du ministère de la Santé», soutient avec force Vincent Perrine.

«Sertin dimounn pansé zot malin, nou nou pa malin, nou intélizan. Ce que le commissaire de la santé a fait s'appelle 'outrage against public official', selon l'article 206 du Criminal Code», lance-t-il, mettant en garde Simon Pierre Roussety suivant ses «mensonges» et ses menaces.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.