Tchad: La visite de Benalla aux allures de Françafrique

29 Janvier 2019

Une semaine après les révélations sur la visite d'Alexandre Benalla au Tchad, la polémique persiste. L'ex-garde du corps du président français Emmanuel Macron s'intéresserait de près à l'or tchadien.

C'est en tant que consultant pour des investisseurs Qataris et pour l'homme d'affaires Israélien Hababou Solomon qu'Alexandre Benalla aurait séjourné au Tchad.

Avec le président Idriss Deby Itno, ils auraient parlé de l'exploitation d'une mine d'or dans le Tibesti, selon le quotidien français Libération.

Le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement tchadien, Oumar Yaya Hisseh, ne confirme pas cette information mais il salue toutefois l'arrivée de tout investisseur sur le sol tchadien.

"Nous sommes ouverts aux partenaires du monde entier. Tous ceux qui respectent notre code d'investissement, tous ceux qui sont en règle avec nos textes ont la possibilité de venir investir chez nous. Pas seulement au Tibesti mais dans toutes les régions du Tchad."

Une visite sur fond de françafrique

Pour certains observateurs de la scène politique française, la visite d'Alexandre Benalla au Tchad cache mal les dessous de la Françafrique illustrée notamment par les liens étroits entre N'Djamena et Paris.

Elea Gary est spécialiste du Tchad à l'association Survie en France. "C'est un rapprochement qui est ancien depuis l'entrée de la guerre de la France au Mali. Il s'est resserré autour de la lutte contre le terrorisme et depuis quelque temps autour des politiques migratoires.

Le Tchad est perçu par la France comme étant un garant de la stabilité dans la région. Ce qui fait que la France ferme les yeux sur la réalité du régime d'Idriss Deby et le soutient par le biais de la coopération militaire et de la présence de Barkhane au Tchad."

C'est sur une mise en garde que le comité d'auto-défense du Tibesti, à travers son porte-parole, a réagi aux dessous de la visite d'Alexandre Benalla au Tchad.

Pour Charfadine Galmaye, il faut que les communautés locales soient d'abord consultées avant tout projet d'extraction de l'or dans leur région.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.