30 Janvier 2019

Angola: Des chercheurs sollicitent un soutien pour la diffusion de travaux scientifiques

Luanda — Des responsables des centres de recherche du pays ont demandé mardi le soutien des organes compétents de l'Etat dans la diffusion régulière de leurs travaux scientifiques et de transformer leurs organes en unités budgétisées.

Les chercheurs ont exprimé cet intérêt lors d'une réunion avec la commission de Santé, Education, Enseignement Supérieur, des Sciences et de la Technologie du Parlement, estimant que sans le financement, les résultats des recherches ne seront pas ceux souhaités.

La formation d'enseignants à la recherche scientifique, le financement à la recherche, le manque de réactifs dans les laboratoires et la diffusion des travaux de recherche sont, entre autres, ce que les chercheurs souhaitent voir résolus dans les années à venir.

Suzanete Costa, du Centre d'études de soutien à la formation et à la recherche de l'Université Agostinho Neto, a déploré le fait que les résultats des recherches menées jusqu'à présent ne méritent pas l'attention voulue de la part des organes compétents de l'État.

Elle a expliqué que pendant un certain temps, des travaux avaient été réalisés sur les zones à risque de la ville de Luanda et, au moment de la diffusion des résultats, les organes de l'État invités s'étaient fait représenter par des personnes qui ne comprenaient rien sur le sujet.

La responsable a ajouté qu'une autre enquête sur la nécessité d'enregistrer des personnes dans des zones de Luanda considérées comme présentant un risque avait été perdue en raison du manque d'intérêts d'entités apparentées.

"L'enquête est terminée mais les résultats ne sont utilisés par personne. Nous devons être pris au sérieux car il y a en fait des personnes intéressées par la recherche scientifique ", a-t-elle insisté.

A son tour, Mário Freitas, directeur du Centre pour l'éducation médicale, estime que la croissance économique et le développement humain durable font l'objet de recherches scientifiques qui correspondent aux politiques publiques et aux besoins du marché.

Selon lui, la recherche scientifique n'est utile que si elle est publiée et utilisée par ceux qui bénéficient des nouvelles connaissances.

De son côté, la directrice du centre de botanique de l'université Agostinho Neto, Esmeralda da Costa, a dit que le centre qu'elle dirige, bien que disposant de ressources financières limitées, a publié plusieurs ouvrages scientifiques.

L'Angola compte environ huit mille espèces sauvages identifiées et 27% d'entre elles n'existent que dans le pays, notamment dans la zone du Cabinda et du Plateau central dans le corridor de Benguela et à Bié.

En Angola, la recherche est encore rare, de qualité variable, et il est souvent difficile d'en évaluer la pertinence et les coûts qui en résultent, ce qui compromet les résultats des programmes et des services dans tous les secteurs.

Le plan de développement national 2018-2022 (PND) comprend l'amélioration de la qualité de l'enseignement supérieur et le développement de la recherche scientifique et technologique.

Le programme souligne également l'importance que l'Exécutif attache au développement de la recherche scientifique et technologique, notamment au travers de la carrière de chercheur.

Ce programme vise à "développer le potentiel humain, scientifique et technologique du pays grâce à la consolidation du système national de science et de technologie, à la formation de chercheurs, à la promotion et à l'articulation entre instituts de recherche scientifique et établissements d'enseignement supérieur, ainsi qu'à la création de l'Académie des sciences de l'Angola.

Angola

Le SME reconnaît son excès contre le député Rabelais

Le Service de migrations et étrangers (SME) a ??reconnu mardi avoir agi avec un zèle excessif en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.