Centrafrique: L'amnistie divise les acteurs centrafricains à Khartoum

31 Janvier 2019

Les chefs de guerre dont certains sont sous sanction de l'ONU ou cités dans des rapports de violation des droits de l'homme, font de l'amnistie et du partage du pouvoir, des questions prioritaires à Khartoum.

Le gouvernement poursuit son dialogue à Khartoum avec des représentants d'une quinzaine de groupes armés qui écument une large partie du territoire.

L'amnistie et le partage du pouvoir sont les deux points sur lesquels les deux parties devraient encore s'entendre.

C'est ce qu'explique Abakar Sabone, cadre du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), le plus important groupe armé du pays, issu de l'ex-rébellion Séléka. Ecoutez Abakar Sabone en cliquant sur l'image.

Ambargo sur les armes

Mais, faut-il prolonger ou non, l'embargo sur les armes imposé à la République centrafricaine depuis 2013 ?

Le Conseil de sécurité des Nations unies en discute ce jeudi et il devrait prolonger l'embargo. D'après des diplomates, l'ONU est d'accord pour accorder à la Russie et à la Chine de nouvelles exemptions à l'embargo.

Ce qui permet à ces deux pays de livrer des armes d'une certaine catégorie, aux forces loyales au gouvernement centrafricain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.