31 Janvier 2019

Cameroun: Le parti dirigé par Maurice Kamto menacé de dissolution par les autorités camerounaises

Après la marche réprimée du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto pourrait voir son parti disparaitre selon le ministre de l'Administration territoriale.

Attroupement, rébellion en groupe, insurrection, hostilité contre la patrie, association des malfaiteurs, complicité et trouble à 'ordre public : voilà les chefs d'accusation retenus contre Maurice Kamto et ses compagnons à l'issue des auditions entamées depuis lundi (28.01.19), au Groupement spécial d'opération (GSO).

Suite à la Marche blanche organisée le 26 janvier, sans autorisation des pouvoirs publics et qui a tourné à l'émeute, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun pourrait voir son parti dissout.

Paul Atanga Nji, ministre de l'Administration territoriale, l'a d'ailleurs mentionné lors d'une conférence de presse à Yaoundé au soir du 26 janvier.

"L'article 18 dispose que tout parti politique peut être dissout par décision du ministre de l'Administration territoriale (Minat), agissant en vertu de l article 17 alinéa 1. Lorsque le Minat se rend compte que le parti politique dont il s'agit est dans un fonctionnement qui ne respecte plus les règles, il peut prendre une décision qui dissout le parti", explique Me Libam Edese Brice. Celui-ci évoque les textes sur lesquels le ministre peut s'appuyer.

En revanche, Me Libam estime que décider de la dissolution d'un parti qui mobilise autant de sympathisants n'est pas sans conséquences.

"La conséquence première est que le MRC arrête d'exister en tant que parti politique. Le MRC ne pourra donc plus poser des actes en tant qu'entité juridique, il ne pourra plus investir des candidats à aucune élection municipale, législative, régionale, sénatoriale ou présidentielle. Et puis le MRC ne pourra plus obtenir pour son compte propre une déclaration de manifestation publique. Et comme c'est une année électorale, nous ne sommes pas sûrs que jusqu'à la convocation du corps électoral, le MRC sera en mesure d'investir des candidats", dit-il.

Les partisans de Maurice Kamto dénoncent ce qu'ils appellent des « intimidations » et appellent, en dépit de l'incarcération de leur leader, à de nouvelles manifestations les 2 et 9 février prochain.

Cameroun

Le premier semestre de la présidence Kamto

Si le conseil constitutionnel n'avait pas consacré un vol avec preuves, le professeur Kamto serait aujourd'hui en… Plus »

Copyright © 2019 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.