31 Janvier 2019

Sénégal: La Lettre de politique sectorielle du ministère de la Culture validée

Dakar — Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a procédé jeudi à la validation de la Lettre de politique sectorielle de développement fixant les grands axes de son département durant les quatre prochaines années.

Le document qui repose sur 3 axes est fait de façon "inclusive" et "participative", avec le concours du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan et du Bureau organisation et méthode (BOM), a expliqué M. Coulibaly au cours d'un atelier.

Il s'agit, a-t-il souligné, de "la valorisation du patrimoine culturel, matériel et immatériel et la considération d'un certain nombre d'éléments de patrimoine n'ayant pas été suffisamment pris en compte comme celui du patrimoine subaquatique".

"Il fallait également repenser la politique en fonction de l'importance que le chef de l'Etat veut donner aux industries culturelles et créatives et à l'importance accordée au cinéma", a ajouté le ministre.

Selon lui, le dernier axe consiste "au développement institutionnel et organisationnel du secteur pour l'adapter aux réalités et la programmation de construction d'infrastructures culturels notamment dans les régions avec les complexes culturels régionaux".

"Cette Lettre de politique sectorielle de développement de la culture a été réajustée et les incohérences corrigées en considération des évolutions notables du secteur de la culture suite au remaniement de septembre 2017 séparant la Culture et la Communication", a-t-il dit.

Abdou Latif Coulibaly qui a par ailleurs invité "à refonder le rapport entre économie et culture", en tenant compte des réalités du secteur, a plaidé "pour une meilleure compréhension des enjeux de la culture".

Mayacine Camara, directeur général de la planification et des politiques économiques du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan, a relevé les satisfactions notées dans le dernier rapport de la Revue annuelle conjointe.

"Grâce au financement du Fonds de promotion de l'industrie cinématographique et audiovisuel (FOPICA) en 2017 plusieurs films ont été réalisés.

Les droits perçus par la SODAV ont connus une hausse de 103 millions de francs CFA par rapport à 2016 pour s'établir à 619 millions de FCFA", souligne M. Camara.

"Malgré cette évolution constante depuis 2015, la cible de 732 millions de nos francs n'est pas encore atteinte par la SODAV à cause de la non-effectivité de la rémunération équitable", a-t-il fait remarquer.

Le directeur général de la planification préconise des efforts pour "faciliter l'accès des opérateurs culturels au financement en atténuant les lourdeurs administratives".

Des réalisations de projets structurants sont attendues, notamment la Bibliothèque nationale du Sénégal pour un coût prévisionnel de7 456 890 000FCFA, la Maison des archives nationales de 8.416.957.500 FCFA et l'Ecole nationale des arts et métiers de la culture de 4.232.073.287FCFA.

Le Conseiller en organisation au Bureau organisation et méthode (BOM), Babacar Diakhaté, a pour sa part, invité à "accorder une attention particulière au pilotage stratégique, à la mise en œuvre et au suivi-évaluation".

Sénégal

CAN 2019 - Qui de l'Algérie ou du Sénégal succédera au Cameroun ?

Le Sénégal et l'Algérie se retrouvent ce vendredi 19 juillet 2019 au Caire pour la finale de la 32e… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.