Congo-Kinshasa: Laisser les morts... ?

Etienne Tshisekedi, candidat de l’Opposition à la présidentielle 2011

Ancien Premier Ministre, Ministre de l'intérieur et de la Sécurité, un des premiers Docteurs en droit au Congo-Kinshasa ; mais surtout, un opposant sans égal de l'histoire du microcosme politique congolais, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, c'est de lui qu'il s'agit, serait-il victime de l'ingratitude de la Nation congolaise ou simple cible vis-à-vis des anciens détenteurs de l'imperium, au pays de Lumumba ?

Oui, c'est ce jour qu'il tirait sa révérence depuis la capitale Belge, à 17 heures 22', en 2017, de suite d'une embolie pulmonaire. Triste, mais point un mythe. L'ancien Notable Kabeya-Kamwanga, province du Kasaï-Oriental, il naquit à Kananga, dans le Kasaï -Occidental. Le comble, il n'est toujours pas inhumé, dans la parcelle familiale de la N'sele, terre redoutable du district populaire de Tshangu.

Pire ! Son corps inanimé vient de totaliser, jour pour jour, deux ans au funérarium "poussière des étoiles", au royaume de Charles Michel. A la onzième rue Limete, les affidés de l'Udps se souviennent de leur lider maximo. Ils scandent leur cri de ralliement et, en clair, réclament des funérailles dignes à l'endroit de leur patrimoine national. A Bruxelles, maman Marthe, la veuve, est encore et toujours inconsolable. Doit-on continuer sans fin, à compter les anniversaires sous prétexte des hommages à cette icône dont les obsèques n'ont toujours pas eu lieu, dans son pays natal ? Qu'en est-il, cependant, de l'Accord signé à Kin-plazza, en avril 2018, entre le Gouvernement congolais et la famille tant biologique que politique de l'Illustre disparu, sous la médiation du CNSA et de la présidence de la République ? Page tournée ?

En effet, la base de Limete crie tout haut que cette fois-ci est la bonne, pour honorer la mémoire de cet ancien Chef du gouvernement, sous le règne de Mobutu Sese Seko, encore un dont la dépouille n'a été inhumé que provisoirement, au royaume de Maroc. Tshisekedi fils a, contre vents et marrée, du pain sur la planche. Loin de réduire ses hautes fonctions à ce souci de plus d'un Congolais, en tant que désormais Chef de l'Etat congolais, il y a bien lieu d'indiquer qu'il dispose de tout pouvoir ne pas renvoyer aux calendes congolaises, les obsèques de son père biologique et Gourou politique.

Il n'a pas, bien entendu, en termes d'épreuves à gérer, que le meeting de la Coalition LAMUKA prévu pour ce samedi 2 février, et autorisé depuis hier, par l'Hôtel de ville de Kinshasa, ou encore le Gouvernement à former sur fond des rixes dans l'arène politique, pour ne pas faire allusion à la mise en œuvre de ses nombreuses et belles promesses dont la base, le peuple, attend impatiemment ; FATSHI doit enterrer son père, avec tous les honneurs mérités. Car, en tout état de cause, les morts ne pourront jamais s'enterrer, mutuellement, sur cette planète des hommes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.