Maroc: Cinq décès dus à la grippe H1N1 enregistrés, selon le ministre de la Santé

Cinq décès dus à la grippe H1N1 ont été constatés au niveau des structures publiques et privées, a indiqué jeudi à Rabat, le ministre de la Santé, Anas Doukkali, soulignant que les décès ont concerné principalement des personnes vulnérables.

Dans une déclaration à la MAP, M. Doukkali a précisé que la grippe H1N1 est le sous-type dominant cette année, à l'instar de tous les pays du monde, rassurant que le ministère de la Santé "continue d'assurer la veille épidémiologique".

En effet, entre les trois sous-types de la grippe normale, soit "la grippe A H1N1, la grippe A H3N2 et la grippe B", la grippe H1N1 est "le sous-type dominant cette année", a-t-il expliqué.

L'échantillon de sites, de centres de santé, d'hôpitaux, de cabinets et de cliniques, qui transmettent au ministère les résultats de la veille clinique et virologique, a révélé que sur "20% des personnes présentant des syndromes grippaux ou des infections respiratoires, 97% ont la grippe A, parmi lesquelles 80% sont atteintes de grippe H1N1", a-t-il relevé.

Ceci constitue "la norme" et la "tendance" mondiales cette année, a poursuivi le ministre, notant que "les années précédentes ont également enregistré ces taux élevés". La grippe H1N1 est devenue "une grippe humaine" qui se transmet d'homme à homme, a-t-il ajouté, assurant qu'elle est "normale" et "banalisée" depuis 2011.

"Malheureusement, dans cette saison grippale, on peut constater des décès", a regretté toutefois le ministre, qui a affirmé que "jusqu'à aujourd'hui, cinq décès ont été constatés au niveau des structures publiques et privées", touchant principalement des personnes vulnérables.

Le ministre a, à cet égard, conseillé plus de vigilance à ces personnes-là: les personnes âgées, les enfants entre 6 mois et 5 ans, les femmes enceintes, les personnes souffrant de maladies chroniques, de diabète, d'hypertension artérielle, de maladies cardiovasculaires et d'insuffisances rénale et respiratoire. Il les a appelées à adopter "un comportement sain", en se lavant les mains plusieurs fois par jour, en évitant les personnes atteintes de grippe et en se mouchant dans des mouchoirs en papier.

Le ministère recommande aussi à ces personnes de se faire vacciner contre la grippe, la campagne initiée à l'automne étant toujours de mise, a rappelé M. Doukkali. Il a invité les personnes ayant attrapé la grippe, et dont la situation peut se compliquer, à "consulter, le plus tôt possible, au niveau des cabinets, des centres de santé et des hôpitaux les plus proches".

Le ministère de la Santé "continue au quotidien de réaliser la veille épidémiologique au niveau des 375 centres de santé pour suivre l'évolution de la grippe", a-t-il rassuré, affirmant que jusqu'au 31 janvier, cette évolution "a été normale par rapport aux années précédentes".

Il a précisé qu'il y a eu un décalage de deux semaines dans le pic épidémiologique cette année, sans qu'il ait pour autant dépassé le seuil épidémiologique des années précédentes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.