Burkina Faso: Menaces terroristes - Une équipe de la Croix-Rouge enlevée, un village attaqué

4 Février 2019

Chaque jour à son lot d'attaques terroristes au nord du Burkina Faso. Vendredi, c'était une école que les djihadistes faisaient sauter à côté de l'hôtel où nous logions à Djibo, ville frontalière avec le Mali. Hier, c'est la commune de Mansila, située dans la province du Yagha (région du Sahel) qui recevait les djihadistes.

Ils sont arrivés, enturbannés, en nombre « important. Plus d'une centaine. Ils ont investi les différentes mosquées de la ville et prêché pendant des heures avant de brûler les bâtiments administratifs, notamment les locaux de la mairie et de la préfecture », nous a raconté un habitant rencontré à Diori. Qui a trouvé suicidaire notre idée d'y aller.

Pendant tout le temps de leur présence, aucune force de défense et de sécurité n'est intervenue. Cette ville de quelque 50 mille âmes, située à la frontière avec le Niger, est sous aucune protection.

Le commissariat de police a été fermé depuis des semaines, à cause d'attaques récurrentes. On ne déplore pas de pertes en vie humaine dans cette incursion des djihadistes.

Les groupes terroristes ont déjà attaqué Mansila par deux fois ces dernières semaines. La dernière attaque a visé le poste de police qui a été saccagé dans la nuit du 24 au 25 janvier 2019. C'est également dans cette localité qu'un citoyen canadien dont le corps a été retrouvé à Beiga le 16 janvier, a été enlevé.

Dans la journée de samedi, une équipe de la Croix rouge que nous venions de rencontrer dans la ville de Kaya, a disparu quelques heures après avoir quitté cette ville. Les humanitaires étaient en partance pour Djibo que nous venions de quitter pour un autre "front", celui de la frontière avec le Niger.

A peine sommes-nous arrivés à Dori qu'on nous a annoncé leur rapt. Les djihadistes avaient réussi à contourner le dispositif impressionnant de Djibo pour effectuer l'enlèvement dans une zone théoriquement sécurisée.

Les quatre occupants ainsi que leur véhicule ont été conduits, via des pistes, vers le Mali. Le responsable de la Croix rouge du Burkina, Lazare Zoungrana, a imploré «toutes les parties» pour retrouver son collaborateur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.