4 Février 2019

Congo-Kinshasa: Jennifer Sivi - « Mon travail est une déclaration d'amour à la RDC »

interview

Originaire du Congo-Kinshasa et basée à Paris, Jennifer Sivi a un parcours artistique éloigné des standards académiques, puisqu'elle est peintre autodidacte. Ses œuvres seront présentées lors de l'exposition « Zaïre 74 » qui se tiendra au Bog-Art à Bruxelles, en Belgique, du 21 au 26 mars.

D'où vous est venu ce goût pour la peinture ?

D'aussi loin que je me souvienne, l'art sous toutes ses formes a toujours fait partie de ma vie. J'ai toujours aimé dessiner, créer, observer des œuvres d'art dans les musées ou dans la rue... C'est ma formation à moi... Une facette de ma personnalité que j'ai décidé de laisser s'exprimer, il y a quelques années, par défi envers moi même.

Comment qualifierez-vous votre style ?

Mon style est principalement naïf, inspiré de ce côté ludique des peintures populaires congolaises.

Vos thèmes de prédilection ?

Ce sont les scènes de la vie congolaise en général. J'aime la diversité des paysages et la richesse des couleurs qui s'en dégagent. Ce choix me vient naturellement, étant donné que la République démocratique du Congo (RDC) est mon pays d'origine. Mais, jusqu'à présent , je n'ai pas encore eu l'occasion de fouler le sol de ce pays qui me fascine par-dessus tout.

Quels sont les messages que vous souhaitez transmettre à travers l'art ?

Mon travail est une sorte d'ode ou déclaration d'amour à la RDC. Malgré la souffrance et les problèmes socio-culturels qu'il peut y avoir, mon objectif est essentiellement de retranscrire cette souffrance sous sa forme la plus simple, naturelle, chaleureuse, sans artifice. D'où l'utilisation de ce traité naïf.

Avez-vous déjà participé à des expositions ?

Je fais partie de cette génération d'artistes qui s'est révélée tout d'abord via les réseaux sociaux (sur Instagram : @artjsivi). Ma première participation à une exposition collective aura lieu du 21 au 26 mars au BOG Art? à Bruxelles.

Quels sont vos modèles dans la peinture ?

Ils sons issus de divers horizons artistiques mais avec pour seul point commun d'avoir réalisé des œuvres autour du thème de la RDC. Moké, grand artiste peintre naïf, mettait en scène la vie congolaise dans ses œuvres tel un journaliste. L'œuvre qui m'a marquée est « Skol Primus ». Chéri Samba, artiste peintre contemporain, explore la vie quotidienne, socio-politique et économique en Afrique ou dans le monde. Ses œuvres ont comme particularité de contenir des textes. L'œuvre qui m'a marquée est "Little Kadogo". Tempo Nok, issu du street art parisien, il travaille la transparence à la peinture aérosol. Son œuvre qui m'a marquée est «Peristeria », un tableau sur le thème des enfants soldats.

Quels sont vos projets ?

Pour 2019, des projets de collaboration avec d'autres artistes. Mais ce sera une surprise. Je prévois également des expositions collectives courant cette année à Paris et peut-être même à Kinshasa, en RDC. On croise les doigts.

Congo-Kinshasa

Mukanda au centre du procès des assassins présumés d'experts de l'ONU

Lundi 24 juin en République démocratique du Congo, une nouvelle audience a tourné autour du… Plus »

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.