31 Janvier 2019

Congo-Kinshasa: Yumbi entre la peur et l'espoir

Photo: MONUSCO
Le général Bernard Commins (au centre), Commandant adjoint de la force de la MONUSCO, à Yumbi, dans l'ouest de la RDC, où des affrontements meurtriers ont eu lieu en décembre. (archive)

En RDC, du 16 au 18 décembre à Yumbi, des violences intercommunautaires ont causé la mort de près de 900 personnes. Des milliers de personnes ont fui et à celles qui sont restés sont menacés par la famine.

La mission des Nations unies au Congo ainsi que des équipes d'humanitaires effectuent des rotations pour apporter leur soutien aux populations restées sur place et à celles qui se sont réfugiées sur les îlots voisins.

Tout a commencé au mois de décembre, lors du rapatriement de la dépouille du chef coutumier des Banunu à Yumbi dans le territoire de Mai-Ndombe. Les Batendés n'ont pas apprécié cette initiative des Banunu.

Des habitants menacés par la famine

C'est cet événement qui a été à la base de l'affrontement entre les deux communautés, occasionnant des centaines de morts. Depuis décembre, Yumbi est devenue une cité fantôme, peu nombreux sont ceux qui sont restés sur place. Papy est un jeune commerçant de Yumbi, il nous relate les conditions de vie actuelle. "Jusqu'à présent ils sont venus nous distribuer des colis contenant du riz, de la farine, mais ces colis sont trop maigres. Avec ça, nous ne pouvons pas tenir une semaine, ce n'est pas du tout suffisant. Pour mettre fin à cette situation, nous demandons l'aide de l'Etat et aussi que ce dernier fasse tout pour réconcilier les deux communautés. Actuellement, nous vivons toujours dans l'insécurité." explique cet habitant.

Une insécurité qui témoigne d'une situation fragile et propice à raviver les violences communautaires. De leur côté, les autorités congolaises font savoir qu'elles suivent la situation de près et prendrons prochainement des mesures. C'est ce qu'explique Vidiye Tshimanga, le porte-parole du président Félix Tshisekedi. "Il y a une délégation qui a pu se rendre sur place, pour mettre en pace une collaboration avec les autorités et nous fournir un rapport détaillé des différents éléments concernant la région. Cette délégation sera renforcée dans les prochains jours et des décisions concrètes seront prises," insiste Vidiye Tshimanga.

Déploiement de l'aide humanitaire

En attendant, les équipes de la mission des Nations unies au Congo, ainsi que des humanitaires sur place, continuent à livrer les kits de première aide aux habitants de Yumbi et ses environs, comme nous l'explique Florence Marchal, la porte-parole de la Monusco. "La communauté humanitaire a déjà fait des rotations afin d'apporter de l'aide d'urgence, c'est à dire des médicaments, de la nourriture, des tablettes pour purifier l'eau et des kits de malaria parce que nous sommes dans une zone endémique du paludisme. Donc il était important de pouvoir apporter rapidement cette première aide d'urgence sur la zone de Yumbi. Quant aux personnes qui sont de l'autre côté du fleuve Congo, elles sont prises en charge par le HCR."

En attendant que la situation s'améliore, les populations de Yumbi essayent de vivre avec le peu d'aide qu'elles reçoivent et en appellent surtout à une assistance de l'Etat congolais, tant dans la résolution du conflit entre Banunu et Batende qu'au niveau d'une prise en charge qui pourrait relancer le secteur économique.

En savoir plus

Deux mois après des affrontements meurtriers, Yumbi reste une « ville fantôme »

Au moins 535 civils ont été tués dans les violences interethniques qui ont touché… Plus »

Copyright © 2019 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.