Burkina Faso: Forces armées nationales - « Ceux qui abandonnent leur poste de combat seront radiés »

communiqué de presse

Notre pays est en guerre contre des terroristes, qui s'attaquent au fondement de la Nation. A l'avant-poste se trouvent nos vaillantes forces de défense et de sécurité.

Mais peut-on gagner la guerre si on renonce au combat ? Assurément non. Dans le communiqué qui suit, l'état-major est sans ambages quant au sort des déserteurs.

En application des lois et règlements militaires en vigueur au Burkina Faso, tout militaire des Forces armées nationales engagé dans une mission opérationnelle, coupable d'abandon de son poste de combat en présence de l'ennemi, sera radié automatiquement des effectifs.

Les chefs d'état-major de l'Armée de terre, de l'Armée de l'air et de la gendarmerie nationale, les commandants du Groupement central des Armées et de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers, les sous-chefs de l'état-major général des Armées, les directeurs centraux de service sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'application de la présente note de service.

Ouagadougou, le 4 février 2019

Général de brigade Moïse Miningou

Chef d'état-major général des Armées

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.