Maroc: Conférence-débat à Paris sur «L'investissement au Maroc - Etat des lieux et perspectives d'avenir»

Une rencontre organisée dans le cadre de la 23ème édition du Forum Horizons Maroc

Une conférence-débat sur «L'investissement au Maroc : état des lieux et perspectives d'avenir» a été organisée, dimanche à Paris, dans le cadre de la 23ème édition du Forum Horizons Maroc, le premier Salon de recrutement marocain à l'étranger.

La conférence animée par l'Association des Marocains en Grandes Ecoles et Universités (AMGE-Caravane) organisatrice du Forum, en présence du secrétaire d'Etat chargé de l'Investissement, Othmane El Ferdaous et de l'ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, a été l'occasion d'aborder différentes questions pouvant intéresser les jeunes lauréats marocains mais également les professionnels marocains et étrangers qui souhaitent venir investir au Maroc.

Quelles opportunités offre le marché marocain? Quels marchés faut-il cibler? Start-up, PME/PMI? Quelles sont les aides mises en place par le gouvernement? Quelles barrières peut-on rencontrer et quelles relations public-privé pour rendre l'investissement et le développement plus faciles? autant de questions qui ont ponctué le déroulé de cette conférence à laquelle ont pris part également Marc Teysser D'Orfeuil, délégué général du club MedAfrique et directeur général de Com'Publics, ainsi que Abdou Diop, directeur associé du cabinet Mazars et président de l'Association des ressortissants sénégalais résidant au Maroc (Arserem).

Prenant la parole, le secrétaire d'Etat chargé de l'Investissement, qui a partagé avec le public présent, composé majoritairement de jeunes étudiants marocains, son parcours d'étudiant à l'étranger, celui professionnel et sa décision de retourner au Maroc, a affirmé que « le retour au Maroc est une question de foi », recommandant aux jeunes étudiants et jeunes lauréats marocains de « toujours maintenir la relation avec le Maroc là où ils se trouvent».

Les jeunes constituent un «énorme potentiel» pour le Maroc, a encore souligné le secrétaire d'Etat avant de livrer un exposé sur les opportunités d'investissement au Maroc.

Le Royaume réussit à attirer de plus en plus d'Investissements directs étrangers (IDE), a affirmé le secrétaire d'Etat. Non seulement grâce à sa stabilité politique et économique, mais également en raison de son coût logistique très compétitif et surtout à l'existence d'un partenariat public-privé (PPP) efficace, a-t-il souligné.

Plaidant pour une intégration économique par l'investissement, c'est-à-dire investir dans les pays émergents pour produire une plus-value socioéconomique, le secrétaire d'Etat a fait observer que moins de 5% des IDE européens sont destinés aux pays de la rive Sud de la Méditerranée.

Abordant la facilitation fiscale aux entreprises qui investissent au Maroc, une question primordiale pour l'attraction des IDE, M. El Ferdaous a indiqué que les prochaines Assises nationales de la fiscalité, prévues en mai prochain à Skhirat, vont complètement modifier la politique fiscale. Ces Assises seront axées sur la définition des contours d'un système fiscal plus performant, compétitif, équitable et transparent, reposant sur une assiette plus large et des taux d'imposition moins élevés.

Evoquant la nouvelle Charte de l'investissement, le secrétaire d'Etat a invité les jeunes étudiants marocains à se l'approprier et à y apporter leurs remarques et suggestions.

Intervenant de son côté, l'ambassadeur du Maroc a tenu à souligner l'importance du FHM qui met en relation les entreprises et les jeunes talents installés en France.

Il est certain que plusieurs jeunes étudiants marocains poursuivant leurs études en France «ne savent pas comment aborder leur retour au Maroc», a fait observer M. Benmoussa, recommandant aux jeunes Marocains de mieux préparer leur retour et d'identifier et cibler les opportunités qui s'offrent à eux sur le marché du travail marocain.

Il les a également invités à tirer profit des différents mécanismes qui s'offrent à eux en matière de prospection du marché du travail.

Revenant sur les opportunités d'investissement qu'offre le marché marocain, l'ambassadeur du Maroc a souligné «la dynamique d'investissement» que connaît le Royaume dans des secteurs traditionnels mais également dans d'autres plus innovants, affirmant que «les opportunités sont là, aussi faut-il les prospecter».

Il a indiqué, dans ce contexte, que l'ambassade du Maroc, à travers ses consulats, joue un rôle de facilitateur pour les investisseurs intéressés par le marché marocain, les invitant à ne pas hésiter à solliciter l'ambassade qui est à leur écoute.

Les autres interventions ont porté notamment sur l'attractivité du Maroc en matière d'investissements, sur les grands atouts qui font du Maroc une porte d'entrée de l'Europe vers l'Afrique.

Ayant pour vocation de promouvoir le marché du travail marocain, servir les étudiants, jeunes diplômés, cadres expérimentés marocains en France et participer à la croissance du Maroc, le Forum Horizons Maroc se présente comme le premier Salon de recrutement de Marocains à l'étranger. Le Forum, qui en est à sa 23ème édition, a été marqué par la tenue de deux événements : un Village Entrepreneuriat et Innovation qui se veut une vitrine mettant en avant les accomplissements des start-up marocaines les plus innovantes et un lieu de rencontre avec les investisseurs marocains et étrangers et un Village d'accompagnement qui a pour vocation d'apporter à ceux qui souhaitent s'installer au Maroc, des informations, des conseils et des services utiles et concrets pour mener à bien leurs projets.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.