Cote d'Ivoire: Ouverture des rencontres internationales du cirque d'Abidjan

En Côte d'Ivoire, la seconde édition des Rencontres internationales du cirque (RICA) d'Abidjan, en partenariat avec RFI, a débuté ce mercredi 6 février.

Pendant cinq jours, une demi-douzaine de compagnies venues du Maroc, d'Ethiopie d'Afrique du Sud, de France et du Japon se produisent dans la capitale économique ivoirienne.

Les balles des jongleurs rebondissent au sol à l'occasion des derniers préparatifs des Rencontres internationales du cirque (RICA). A l'Institut français d'Abidjan, la compagnie sud-africaine Zip Zap prend possession des lieux.

« On est en train d'installer l'équipement pour s'envoler avec cette poulie, explique un des membres.

Toute l'équipe va tirer la corde et l'un de nous va décoller. » Perché sur table, son camarade Yacubas a l'air perplexe. « La table est plus petite qu'on pensait mais on s'adapte et c'est marrant », dit-il.

Les RICA seconde édition visent un public plus large que la première, selon la directrice Chantal Djédjé. « Le public du cirque était un public de cadres, rappelle-t-elle.

Cette année, on a des représentations au Palais de la culture à des tarifs préférentiels, et des représentations gratuites à Abobo, dans un quartier très populaire. »

« L'objectif est vraiment de soutenir le développement du cirque africain particulièrement parce que l'ensemble de ces organisations ont des programmes sociaux », explique Emmanuel Bochud, chef des programmes et des partenariats du célèbre Cirque du Soleil, invité cette année.

« La Côte d'Ivoire n'a pas développé le même type de filières que la Guinée par exemple. En Côte d'Ivoire, il y a énormément de terrains. Il y a beaucoup de choses à faire encore pour aider les artistes à se professionnaliser et à s'organiser », ajoute-t-il.

Pour y remédier, les organisateurs espèrent un jour lancer la première école de cirque en Côte d'Ivoire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.