6 Février 2019

Cote d'Ivoire: Lutte contre les MGF - Le gouvernement appelle à la mobilisation de toute la nation

Photo: @UNFPA_WCARO
#MutilationsGénitalesFéminines (MGF), car si l’on n’accélère pas les efforts dans la lutte contre cette violation des droits humains, 68 millions de filles seront excisées d’ici à 2030.

La Côte d'Ivoire, à l'instar du monde entier, célèbre ce mercredi 6 janvier 2019, la Journée mondiale de la lutte contre les mutilations génitales féminines.

A cette occasion, le gouvernement ivoirien appelle à la " mobilisation de toute la nation ". Car selon les nations unies, le nombre de filles et de femmes ayant subi une forme de mutilation génitale féminine en 2018 est estimé à plus de 200 millions à travers 30 pays.

" Si rien n'est fait d'ici 2030, 68 millions de filles et de femmes, dont 50 millions en Afrique, subiront une forme de mutilation génitale féminine ", préviennent les Nations unies. La Côte d'ivoire pour sa part, connaît une nette progression.

En effet, le taux national est passé de 45% en 1998, à 38% en 2012, pour atteindre 36,7% en 2016 avec 10,9% ayant un âge compris entre 0 et 14 ans.

Cette année, le thème retenu au plan mondial est : " traduire les décisions politiques en actions concrètes à la base pour accélérer l'atteinte de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines en 2030 ".

En savoir plus

Mutilations génitales féminines - «Notre lutte continuera avec la même vigueur et la même détermination » (Sika Kaboré)

Le 6 février 2003, le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.