Egypte: Démantèlement d'un vaste réseau d'émigration clandestine

Les autorités ont annoncé le démantèlement de réseaux criminels pour l'émigration clandestine vers l'Europe. Plus de 300 enquêteurs et policiers ont participé à l'opération qui a permis l'arrestation de 71 suspects, dont 22 ont déjà été placés en garde à vue par le parquet.

Devant la multiplication des patrouilles navales et aériennes des garde-côtes, les trafiquants ont changé de mode opératoire. Les bateaux ont été abandonnés au profit des faux papiers. Les réseaux démantelés se sont spécialisés dans la falsification de toute sorte de papiers permettant de partir en tant que touriste vers 14 pays européens. Faux actes de naissance, relevés bancaires, diplômes universitaires et même actes de propriété en vue de permettre l'obtention d'un visa Schengen.

Le coût pour ceux qui voulaient partir s'établir clandestinement en Europe allait jusqu'à 5 000 euros quand les papiers permettaient de demander l'asile politique ou religieux. Les faussaires fabriquaient, en effet, de fausses condamnations.

En Egypte, la peine encourue pour « trafic d'êtres humains » peut aller jusqu'à la perpétuité.

L'Egypte a lancé une vaste offensive contre l'émigration clandestine après le naufrage près d'Alexandrie d'un bateau transportant plus de 300 émigrés clandestins égyptiens et africains.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.