Burkina Faso: Les familles de militaires burkinabè inquiètes

6 Février 2019

Alors qu'une nouvelle attaque a fait cinq morts dans le nord du pays, les familles des soldats déployés dans le pays disent leurs inquiétudes face aux violences.

Cinq gendarmes ont été tués ce mardi dans le Nord du pays. Cela s'est passé à Oursi lors de l'attaque d'un groupe armé et alors même que le G5 Sahel, qui doit tenter d'endiguer le terrorisme dans la région, tenait un sommet à Ouagadougou.

C'est la deuxième attaque en deux jours. La veille, une autre attaque avait fait 14 tués. Selon un texte officiel publié mardi soir, "les forces de défense et de sécurité ont repoussé cette attaque et lancé une contre offensive" qui "a permis de neutraliser 21 terroristes".

Cette recrudescence des attaques inquiète sur place. Les proches des soldats déployés dans le pays vivent dans l'angoisse. Beaucoup refusent de parler. Ce mercredi, sur les ondes de la DW, un ancien soldat et son frère ont tout de même accepté de témoigner.

Un ancien soldat du RSP, l'ex-Régiment de sécurité présidentielle sous l'ère Compaoré. Suite à l'attaque du détachement militaire de Kompienbiga dans l'est du Burkina, lui et des camarades étaient portés disparus. Ils seront retrouvés à la frontière du Togo.

Contact impossible

"Ils étaient en manque de munitions. Ils ont pris la fuite", raconte son frère cadet."Ils sont allés jusqu'à la frontière du Togo et ont été arrêtés par les militaires togolais qui ont récupéré leurs téléphones. On ne pouvait donc pas entrer en contact avec eux", explique-t-il. Après des jours d'angoisse, Bob (le prénom du soldat a été changé, ndlr) et sa famille ont finalement pu communiquer.

A son retour au Burkina le soldat doit faire face à des sanctions. Son contingent, le RSP, est dissous. "En toute sincérité si le RSP existait, il pouvait faire mieux que ça. Les autres corps ont refusé des missions ; on nous a dépêchés ; on a été sur les lieux ; ça s'est très bien passé", assure-t-il encore aujourd'hui.

Manque de moyens ?

Face à ces situations, la coordinatrice des femmes du G5 Sahel déplore l'insuffisance de moyens au Burkina Faso pour endiguer le terrorisme. "Le Niger a décrété l'état d'urgence, a déployé des moyens importants pour ratisser à tous les niveaux et traquer ces extrémistes violents. Au Mali ces mêmes efforts sont faits", explique Justine Coulidiaty. "Nous, nous n'avons pas ces mêmes appuis pour pouvoir préserver le Burkina."

Le secrétaire permanent du G5 sahel estime pour sa part qu'il faut du temps. "Je ne veux pas faire de comparaison mais l'OTAN a mis combien de temps pour être l'OTAN réellement ?", questionne Maman Sambo Sidikou. "Ce n'est peut-être pas une bonne comparaison mais c'est ça la réalité. Ce qui se passe en ce moment c'est qu'au moins notre force conjointe composées d'officiers de cinq pays vont ensemble sur le terrain combattre l'ennemi."

"Nous allons vaincre le terrorisme, nous n'avons pas le choix", avait récemment déclaré le chef d'Etat-major général des armées, Moise Miningou. C'était au cours de la cérémonie de son investiture.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.