Congo-Kinshasa: La contestation sociale prend de l'ampleur

7 Février 2019

Félix Tshisekedi, le nouveau président de la RDC fait face à des vastes mouvements de grèves dans plusieurs entreprises étatiques. Les fonctionnaires réclament plusieurs mois d'arriérés de salaire.

Ces revendications, qui ne sont pas toutes prises en considération, illustrent les attentes des congolais sur l'amélioration de leurs conditions de vie.

Les premiers jours à la tête du pays ne sont pas de tout repos pour Félix Tshisekedi. Le nouveau président est très attendu sur le front social, indique à la DW l'un de ses proches, qui admet que Félix Tshisekedi et son futur gouvernement n'auront pas la tâche facile. Il en veut pour preuve les manifestations des étudiants de l'université de Lubumbashi, 3 jours seulement après la prestation de serment du président élu.

Nouveau bras de fer pour Félix Tshisekedi

Au même moment a Kinshasa, les employés de la société de transport urbain, ceux de la société des transports et des ports ainsi que leurs collègues de la société nationale d'assurances étaient entrés en grève ou manifestaient pour réclamer des arriérés de salaire.

La grande surprise est venue cette semaine de la Radio & Télévision nationale, RTNC. Le syndicat des journalistes de cet établissement menace aussi d'aller en grève. Souhaient-ils accroitre leur pression sur le nouveau président ?

"C'est un mouvement social, mais je considère cela comme un volcan qu'on a étouffé pendant un moment mais aujourd'hui ca éclate. Nous avons tenu a avoir un dialogue social avec les employeurs, ils ne l'ont pas rendu poossible ! Aujourd'hui avec l'avénement d'un nouveau chef de l'Etat, c'est l'occasion de faire valoir nos revendications... " explique René Kalonda, le président du syndicat des travailleurs de la RTNC.

Si les uns ont contesté et obtenu le départ du DG de la société de Transco, les autres doutent de la méthodologie de la présidence de la république à solutionner les problèmes. "On a commencé le mouvement de grève depuis 2015, mais l'ancien régime n'a pas pris compte de nos revendications, lui même (le DG) disait que (les gens cherchaient sa tête) c'était pour des raisons politiques," soutient Augustin Kalume qui travaille au département des finances de la société Transco .

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.