Sénégal: Nouvelle journée citoyenne de Y en a marre - «Wallu Askan Wi», pour une interaction entre les candidats et les électeurs

7 Février 2019

Après avoir chanté l'hymne nationale du Sénégal, comme le coup d'envoi de leur face à face avec la presse hier, mercredi 6 février 2019, Fadel Barro et ses camarades de Y en a marre ont annoncé un nouveau programme qui s'intitule «Wallu Askan Wi» - la Part du Peuple.

Cette manifestation, qui se tiendra le 21 février prochain, s'inscrit dans une volonté de placer les préoccupations des citoyens au cœur des agissements des acteurs politiques.

Comment amener les populations à choisir le prochain président, sur la base de programmes et de visions et non sur la base des appartenances identitaires, comme l'ethnie et la confrérie ?

Mieux, comment rendre le Sénégal et les sénégalais prioritaire ? Autant de questionnements auxquelles le mouvement veut aider à trouver des réponses.

Car, pense-t-ils, «cette 11ème élection (présidentielle, ndlr) se prépare dans un contexte difficile. Les acquis démocratiques rudement obtenus par l'organisation et la tenue du processus électoral sont aujourd'hui fragilisés.

C'est fort de cela que Y en a marre a décidé d'organisé cette journée citoyenne. "Wallu Askan Wi" est une interaction entre les candidats et les électeurs et un dialogue autour des échanges sincères sur des préoccupations des Sénégalais», a dit Fadel Barro.

L'événement se déroulera en trois étapes: des installations aménagées qui mettront en exergue les préoccupations et les problèmes des Sénégalais; des mises en scène et des réalisations qui représenteront les rêves et les ambitions des sénégalais et des cadres d'échanges interactifs avec les candidats à la présidence à la veille du scrutin du 24 février 2019.

Fadel Barro affirme que le mouvement Y en a marre a contacté tous les leaders des différentes coalitions à l'élection pour leur participation effective à «Wallu Askan Wi». A ce jour, quatre candidats ont confirmé: il s'agit d'Idrissa Seck, du Pr Issa Sall, de Me Madické Niang et d'Ousmane Sonko.

Il ajoute qu'ils attendent encore la réponse du camp du président sortant, Macky Sall qui a été aussi saisi, non sans préciser que ce programme était prévu pour le 16 février. Mais, après la concertation avec les quatre candidats qui sont en pleine campagne, ils ont retenu la date du 21 février.

Y EN A MARRE REAGIT A LA DECLARATION DE ME ABDOULAYE WADE : «Il faut célébrer la démocratie, en allant voter massivement»

Lors de la conférence de presse tenue hier, mercredi 6 février à leur siège aux Parcelles Assainies de Dakar, sur la journée citoyenne "Wallu Askan Wi" - la Part du Peuple, des membres du mouvement Y en a marre, se sont prononcé sur la dernière sortie de l'ancien président, Me Abdoulaye Wade, Secrétaire général du Parti démocratique Sénégalais.

Interrogé sur la déclaration de Me Abdoulaye Wade, Fadel Barro, a dit: «nous respectons beaucoup le rôle qu'Abdoulaye Wade joue sur l'élection présidentielle, mais nous tenons à rappeler que, en cette même période en 2012, quand des candidats de l'opposition prônaient le boycott, Y en a marre a fait le choix d'aller voter.

Lors du Référendum de 2016, on a incité les citoyens à aller voter. On ne dérogera pas à cette règle qui est de prendre le pouvoir par l'élection, comme en 2000 et en 2012».

Donc, selon lui, pour les membres de son mouvement, il faut célébrer la démocratie en allant voter massivement, le 24 février prochain, parce que plusieurs fois la démocratie a été agressée.

«Nous avons besoin de sérénité car nous avons passé quatre mois à sensibiliser les jeunes, à travers le programme "Pareel", à aller s'inscrire sur les listes et retirer leurs cartes, par des concerts et des conférences de presse», explique M. Barro.

Et son collègue Thiat de déclarer que «toute personne qui souhaite le sabotage de l'élection présidentielle est un allié au candidat sortant, Macky Sall».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.