8 Février 2019

Afrique: Une Afrique en quête de croissance ne peut se payer le luxe de camps d'improductivité, déclare Songwe

analyse

Addis-Abeba, Éthiopie, le 7 février 2019 (CEA) - La 34 ème  session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union africaine a débuté ce jeudi, à Addis-Abeba avec la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe, implorant les dirigeants africains de trouver collectivement des solutions aux problèmes qui touchent les jeunes africains, en particulier ceux qui vivent en tant que réfugiés et personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

Dans un discours prononcé lors de la séance d’ouverture de la réunion, M me  Songwe indique qu’aujourd’hui, en Afrique, 14,7 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et 7,3 millions de réfugiés affectent énormément les perspectives de croissance du continent.

« Si nous voulons mettre les chiffres en perspective, 23 millions de réfugiés représentent le double de la population tunisienne, ce qui est proche de la population ivoirienne. Le PIB de la Tunisie aujourd’hui est d’environ 40 milliards de dollars, à doubler ce montant on obtient 80 milliards, le PIB de la Côte d’Ivoire est de 40 milliards de dollars », dit-elle.

« La question morale est de savoir comment, en tant qu’Union, nous créons l’Afrique que nous voulons si nous laissons nos jeunes, nos jeunes femmes se lamenter dans des camps sans honte ni humiliation », interroge-t-elle.

« Comment pouvons-nous, en tant qu’Union, faire entendre notre voix avec indignation sur le traitement réservé à nos jeunes qui fuient le continent et sont rejetés à l’étranger si nous les privons de conscience et de conviction sans leur permettre de résider pacifiquement dans leur propre pays ? Le droit fondamental de chaque citoyen ».

Elle ajoute que le continent devrait se demander comment il peut prodiguer l’autorité morale de construire des sociétés justes, équitables et inclusives lorsque des segments de sa population ont été réduits à vivre dans des camps pendant des décennies.

Citant le regretté Président sud-africain, Nelson Mandela, qui a dit un jour, « Il ne peut y avoir de révélation plus profonde de l’âme d’une société qu’à la manière dont elle traite ses enfants », indique M me  Songwe. Il convient également de régler le problème lié à l’exclusion d’enfants réfugiés des établissements scolaires en réponse aux craintes des communautés d’accueil.

« Une Afrique en quête de croissance ne peut se permettre le luxe de camps d’improductivité », fait-elle savoir lors de la réunion du Conseil exécutif qui se tient sous le thème,  Réfugiés, rapatriés et personnes déplacées dans leur propre pays : vers des solutions viables au déplacement forcé en Afrique.

Identité numérique

M me  Songwe a également parlé des opportunités qu’offrent l’identité numérique, le commerce numérique et l'économie numérique offertes par.

Les personnes déplacées sur le continent font partie d’environ 500 millions d’Africains qui n’ont pas d’identité légale sur le continent.

L’absence d’identité juridique a été reconnue par tous comme étant un obstacle au développement inclusif, d’où l’inclusion de l’identité juridique pour tous d’ici 2030 en tant que l’une des cibles des Objectifs de développement durable, déclare-t-elle.

Aujourd’hui, plusieurs pays africains tirent parti des progrès rapides de la technologie numérique pour relever les défis posés par la délivrance d’une identité légale établie par le biais de systèmes d’identification numérique, et cela doit être encouragé, ajoute M me  Songwe.

« La numérisation offre des opportunités aux marchés du travail qui transcendent les frontières nationales. Il existe des opportunités qui permettent aux gens de travailler à distance. La CEA explorera également des partenariats avec des pionniers dans ce domaine, par exemple », informe-t-elle.

« Afin de pouvoir exploiter pleinement ce potentiel, nous devons faire beaucoup en tant que continent. C’est pourquoi la CEA a récemment créé un centre d’excellence en matière d’identité numérique, de commerce numérique et d’économie numérique afin d’apporter son appui aux pays membres à exploiter pleinement le potentiel numérique et les avantages de la numérisation pour le développement du continent ».

Les travaux du Centre sont menés de concert avec l’initiative conjointe ONU-Banque mondiale sur l’agenda de l’identité juridique et en collaboration avec la Commission de l’Union africaine et divers autres partenaires.

M me  Songwe réaffirme l’engagement et le soutien de la CEA à travailler avec les États membres, la CUA et le système des Nations Unies afin de trouver des solutions viables aux défis du continent.


Publié par :

La Section des communications
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique :  eca-info@un.org

Afrique

Lutte contre la faim et la malnutrition - Le continent s'engage contre le fléau

L'Afrique s'est décidée à lutter contre la faim et la malnutrition et la sécurité… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 United Nations Economic Commission for Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.