Burkina Faso: Réconciliation nationale/Léandre Bassolé- «Nous allons lentement, mais sûrement»

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu en audience, dans la matinée du jeudi 7 février 2019, une délégation du Haut Conseil pour la réconciliation et l'unité nationale (HCRUN) et une autre du Haut Conseil du dialogue social (HCDS).

Les visiteurs lui ont présenté leurs institutions et demandé son soutien. Au cours de cette visite, le président du HCRUN a justifié la lenteur dans le traitement des dossiers par un souci d'éviter les dérapages.

Petit à petit, le nouveau Premier ministre prend connaissance des grands dossiers de la République.

C'est dans cette logique qu'il a reçu en audience deux présidents d'institution : Léandre Bassolé, président du Haut Conseil pour la réconciliation et l'unité nationale (HCRUN)et Domba Jean Marc Palm, président Haut Conseil du dialogue social (HCDS).

Le premier a confié, après une heure d'échanges, que l'entretien était consacré à la mission du HCRUN. « Nous sommes venus nous entretenir avec le PM afin de partager avec lui ce que nous faisons.

Nous lui avons fait le bilan de l'avancement de nos travaux. Le processus dans lequel nous nous sommes lancés est en cours et il avance bien.

Nous allons lentement, diront d'aucuns, mais sûrement. Nous voulons nous assurer que nous n'allons pas faire de dérapages. Nous voulons nous assurer que tous les dossiers seront bien traités ».

Le président du HCRUN a apprécié le fait qu'il y ait dans le gouvernement Dabiré un ministère plein des Droits humains.

En rappel, le HCRUN a pour mission de mettre en œuvre les recommandations formulées par la sous-commission Vérité-Justice-Réconciliation, de créer les conditions favorables à la réconciliation, à l'unité nationale et à la cohésion sociale.

Il a pour rôle, entre autres, de traiter les dossiers, rechercher et situer les responsabilités de crimes, les autres violations des droits humains à caractère politique de 1960 à 2015, proposer des solutions pour guérir les traumatismes, la restitution des biens dont les propriétaires ont été injustement dépossédés, l'indemnisation des victimes.

La deuxième délégation, celle du Haut Conseil du dialogue social (HCDS), a dit au PM ce qu'elle fait, les difficultés qu'elle rencontre et porté à sa connaissance les perspectives. « C'est autour de ces différentes questions que nous avons échangé avec le Premier ministre.

Nous avons fait le tour de l'ensemble des dossiers que nous avons en main », a fait savoir Jean Marc Palm, président du Haut Conseil du dialogue social (HCDS), à sa sortie d'audience.

Y a-t-il des dossiers prioritaires ? « Tous les dossiers se valent actuellement », a répondu le président du HCDS.

Pour réussir sa mission, le HCDS compte sur la presse. A cet effet, il a prévu dans sa feuille de route une session de formation des hommes de médias pour leur montrer sa vision du dialogue social.

Le devoir du HCDS est de travailler afin que le dialogue puisse prévaloir sur la violence dans le règlement des crises.

Son objectif est d'arriver à un consensus qui satisfasse toutes les parties. Il attend, par cette visite, un appui politique, institutionnel, matériel et financier du Premier ministre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.