7 Février 2019

Cameroun: Yaoundé - Washington réduit son aide militaire

interview

Les Etats-unis ont décidé de réduire leur aide militaire au Cameroun, à cause des violations des droits de l'homme enregistrées dans le pays et notamment celles documentées par Amnesty International et d'autres ONG.

L'année dernière, des vidéos ont circulé montrant des militaires camerounais exécuter des civils dont des femmes et des enfants. Ces crimes qui avaient été documentés à l'époque par des organisations de défense des droits de l'Homme seraient l'une des causes de cette décision du département d'Etat américain.

Hans de Marie Heungoup est politologue et analyste à International Crisis Group, il revient sur cette décision de Washington.

DW: Quelle est l'ampleur de cette aide militaire dont parlent les Etats-Unis et de quoi s'agit-il concrètement?

Hans de Marie Heungoup: Pour la section qui est concernée, en terme de réduction de l'aide, il s'agit de 17 millions de dollars par an, ainsi que certaines formations auxquelles des unités de l'armée camerounaise étaient sensées prendre part aux Etats-Unis.

DW: Comment est-ce que cette annonce américaine a été accueillie au Cameroun?

Hans de Marie Heungoup: Au Cameroun, il y a plusieurs réactions : il y a la société civile et les organisations de défense des droits de l'Homme qui sont ravies et satisfaites de la décision américaine - en ce sens qu'elles dénoncent régulièrement les violations des droits de l'Homme commises par l'armée camerounaise.

Il y a aussi, la réaction de ceux qu'on pourrait qualifier de pro-régime qui ont tendance à dire que la décision de Washington n'aura aucun impact sur les capacités de l'armée camerounaise. Ceux-ci estiment que si les Etats-Unis mettaient à exécution cette décision, le Cameroun continuera malgré tout à bénéficier de l'aide de la Russie et la Chine.

Enfin, il y a le pouvoir - qui est un peu plus rationnel que ses partisans - qui y perçoit un signal fort.

J'imagine que le pouvoir en tiendra compte pour réajuster le contrat d'engagement des soldats dans les régions du Nord-ouest, du Sud-ouest mais aussi dans la région de l'extrême nord.

Cameroun

Un journaliste enlevé à Bamenda relâché

Ambe MacMillan, président de l'Association des journalistes anglophones dans la région du nord-ouest,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.