Tunisie: Une performance d'acteurs irréprochable

8 Février 2019

Une confrontation entre deux mondes, celui de l'islam modéré représenté par Brahim et celui de l'islam radical, tous deux en constante lutte dans une société qui vient de sortir d'une dictature et qui cherche encore son chemin. Mais dans son traitement, le réalisateur a tout fait pour éviter tout manichéisme vis-à-vis de ce face-à-face central, même si le film laisse parfois apparaître des répliques de «discours » trop bien écrites dans la bouche de Ghalia Ben Ali, l'épouse de Brahim. Mais cela n'enlève rien au propos central du film tendu par un rythme soutenu de montage qui ne trahit pas le canevas de l'enquête ni son esprit. Cela n'enlève rien, rien non plus, à son scénario somme toute bien ficelé.

Sur le plan de l'acting, on serait tenté de dire que si le réalisateur s'était trompé de casting dans les rôles principaux comme Ahmed Hafiane, Ghalia Ben Ali et Sarra Hannachi, le film n'aurait pas la même prise sur son spectateur. Des acteurs que le réalisateur semble avoir sondé profondément pour leur faire «cracher» ce qu'il y a de plus révolté chez eux contre l'obscurantisme. En effet, on doit aussi à ce film sa performance d'acteur à notre sens.

«Un rôle qui est émotionnellement très lourd à porter. Il s'agit de quelqu'un de profondément blessé par la mort de son fils, mais qui, en même temps, continue à garder sa dignité et à avancer dans la vie», nous a déclaré Ahmed Hafiane dans une interview qu'il a accordée à La Presse. Un rôle qui, rappelons-le, a valu à l'acteur le prix de l'interprétation masculine aux JCC. Car à tout prendre, c'est Ahmed Hafiane qui porte tout le poids de ce film sur les épaules, cela ne minimise pas l'excellente interprétation de Ghalia Ben Ali dans le rôle de la mère. Après «Regarde-moi» et «Weldi», «Fatwa» vient clore cette trilogie tunisienne sur la figure du père initiée par trois réalisateurs tunisiens et qui, loin d'être semblables dans leurs traitements, mettent la lumière sur une figure véritablement mise à mal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.