Gabon: Parti démocratique Gabonais - Exclusion d'une parlementaire et avertissement pour la ministre Prisca KOHO

8 Février 2019

Éric Dodo Bounguendza, Secrétaire général du PDG, reçu par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale.

Des sanctions assez risquées qui amplifient le malaise au sein du parti. Au total, 43 exclusions dont celle d'un député récemment élu, et un avertissement adressé à Prisca KOHO, ministre de la pêche et de la Mer. La commission chargée de la discipline était en réunion le 7 février.

Déjà très fébrile depuis ces dix dernières années avec les démissions qui l'ont secoué depuis l'arrivée au pouvoir d'Ali Bongo Ondimba, le PDG vient, une fois encore, de se débarrasser de militants jugés dangereux pour la vie du parti. La commission Permanente de Discipline du Parti Démocratique Gabonais, vient de prendre le risque de gonfler les rangs de l'opposition avec cette exclusion de "43 camarades". Parmi les exclus, Josephine Andeme Manfoumbi, membre du bureau politique, député du deuxième siège commune de Ntoum. Elle a pourtant récemment été élue. Certes, les raisons de cette décision varient d'un cas à l'autre, mais l'acte apparaît étonnant vu que, selon la Cour constitutionnelle, le parti a remporté les dernières élections jumelées tenues dans le pays en octobre 2018.

Un arrière-goût d'erreur de casting...

Membre de la toute nouvelle équipe gouvernementale, Prisca KOHO épouse Nlend, ministre de la pêche et de la Mer, figure sur la liste litigieuse. La commission lui a infligé un avertissement pour inobservation des orientations du Parti. Moins d'un mois après le choix de Julien Nkoghe Bekale, Premier ministre, de confier à cette dame des charges au sommet de l'État, leur base politique reproche à cette dernière de n'avoir pas suivi des instructions. La décision de la commission chargée de la discipline semble révéler une nouvelle erreur de casting au sein de l'équipe gouvernementale. Le 30 janvier dernier, à peine deux semaines de vie du nouveau gouvernement, le Premier ministre a procédé à un remaniement qui avait permis l'entrée de Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA, comme Ministre d'État, ministre de la Défense nationale et de la Sécurité du territoire en remplacement de M. Etienne MASSARD KABINDA MAKAGA.

Tableau analyse des sanctions PDG février 2019.

Au pouvoir depuis 1968, le Parti Démocratique Gabonais ne semble plus cultiver le "dialogue-tolérance-paix" de ses pères fondateurs. Depuis 2009, de fortes querelles intestines l'affaiblissent. Sous Ali Bongo Ondimba, des clans ennemis se sont formés, les uns souvent plus proches du "Distingué camarade président" que d'autres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.