Burkina Faso: Développement - Bentôt des forages pour 4 villages de la commune de Silly (province de la Sissili)

8 Février 2019

L'une des préoccupations majeures des populations burkinabè, surtout celles vivant en milieu rural, est la disponibilité d'un point d'eau potable dans leur localité. Pourtant, la réalisation d'un développement équitable et durable exige l'accès aux services sociaux de base. Selon une étude de faisabilité effectuée par l'ambassade du Japon de concert avec Benao Batien, président de l'ACMVG, des milliers de femmes font de longues distances pour se procurer l'eau et, de nombreux enfants souffrent de maladies hydriques.

Pour l'ambassadeur du Japon au Burkina Faso Tamotsu Ikezaki, en plus de soulager les peines des femmes, ce projet contribuera à l'atteinte de l'objectif zéro corvée d'eau en 2020, fixé par le gouvernement burkinabè dans le PNDES. Dans un délai de 4 mois à en croire l'ambassadeur, les populations des villages de Sadouan, de Dio, de Sadoin et de Diarra pourront pousser un « ouf » de soulagement. « Je souhaite vivement que la réalisation de ces infrastructures hydrauliques se fasse selon les termes du contrat que nous venons de signer. J'invite également les populations bénéficiaires à se sentir pleinement engager dans l'entretien et la maintenance de ces sources de vie » a-t-il ajouté.

« Des hommes et des femmes consomment encore l'eau sale des puits et des rivières en ce début du 3ème millénaire. Ces eaux pourtant consommées sont source de maladies comme les diarrhées, les parasitoses, la bilharziose etc. Avec la réalisation prochaine de ces forages, les peines des femmes seront soulagées. Elles n'auront plus à veiller des nuits entières et n'en viendront plus aux mains autour des puits » a laissé entendre Bastien Bénao.

Après avoir remercié l'ambassadeur pour tout ce qui sera fait en matière d'approvisionnement en eau potable pour ces localités, M. Bénao a promis, au nom des bénéficiaires, de tout faire en sorte pour mériter la confiance par une gestion saine et comptable des fonds alloués au projet. D'ores et déjà, des dispositions sont prises par chaque localité bénéficiaire pour ouvrir un compte de gestion de forage à hauteur de 250 000 FCFA au niveau de la caisse des producteurs de Silly. Ce compte sera alimenté chaque année par une somme de 100 000 FCFA afin de faire face aux éventuelles pannes des forages. Ces initiatives voudraient dire que l'époque où il faut attendre de l'Etat ou de la Mairie pour des frais de réparation des ouvrages hydrauliques est terminée selon M. Bénao.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.