Tunisie: Un nouveau départ

9 Février 2019

"Nous ne cessons de parler du coût du non-Maghreb, nous explique Naima Hammami. Il y a des opportunités formidables qui nous permettraient, si on était unis, la création d'emplois.

Notre combat consiste à unifier nos positions, à parler d'une seule voix, à négocier ensemble des accords tels que l'Aleca, nous pouvons, si nous sommes unis, être les locomotives du monde arabe", s'enthousiasme Naima Hammami.

Au pupitre, le président de l'Ustma, Abdelmajid Sidi Said, a tenu un discours très cru à l'adresse de ses camarades. Devant une salle comble, Sidi Said a mis en garde contre l'ingérence d'organisations syndicales de dimension internationale dans les affaires des syndicats maghrébins nationaux. "Ces organisations viennent aujourd'hui nous dire ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire", s'insurge Sidi Said. Il s'en est pris particulièrement aux organisations "britanniques, aux Japonais, aux Allemands et aux Suédois". Pour lui ces organisations veulent dicter aux syndicats Maghrébins, la marche à suivre, alors qu'elles ferment les yeux sur les agissements des syndicats israéliens à titre d'exemple. Le vieux routard de la lutte syndicale a critiqué l'acharnement de ces organisations internationales à vouloir imposer la pluralité syndicale et à chercher toujours à ce qu'il y ait une barrière entre le travail syndical et les gouvernements. "Or, je crois au contraire que des effets de synergie sont possibles avec les gouvernements, notamment vers la création d'un marché maghrébin commun".

Pour sa part, le secrétaire général de l'Ugtt et prétendant au poste de SG de l'Ustma, Noureddine Taboubi, a reconnu que depuis plusieurs années, l'activité de l'Union a été très faible, voire inexistante. "Les révoltes populaires demandaient l'emploi, la liberté et l'équité sociale, mais notre capacité a été trop faible pour pouvoir porter ces revendication", note Taboubi.

Le discours de Taboubi à l'ouverture du congrès avait des airs de programme pour un futur mandat à la tête de l'organisation. Pour lui, il est impératif de réformer les institutions maghrébines. Pour ce faire, Taboubi plaide pour la création de nouveaux mécanismes de prise de décision et pour une meilleure représentativité des femmes. Il propose que la femme soit désormais représentée par le tiers au minimum dans toutes les instances de décision.

En outre, Noureddine Taboubi souhaite dynamiser les politiques de l'emploi dans l'espace maghrébin en permettant notamment une meilleure fluidité de la main-d'œuvre dans l'espace maghrébin.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.