9 Février 2019

Nigeria: Le pays dans la dernière ligne droite avant la présidentielle

Photo: allafrica.com
Le Président Muhammadu Buhari

Le territoire le plus peuplé d'Afrique avec cent quatre-vingt-dix millions d'habitants et première puissance pétrolière du continent votera, le 16 février, lors d'un scrutin très serré entre le président sortant, Muhammadu Buhari, et le chef de l'opposition, Atiku Abubakar, un ancien vice-président.

A Lagos, mégalopole économique, et Abuja, capitale fédérale, les deux candidats principaux rencontrent pour l'une des dernières fois leurs électeurs dans deux meetings géants, où sont attendues des dizaines de milliers de personnes.

Pendant un mois, Muhammad Buhari, candidat du Congrès des progressistes (APC), et Atiku Abubakar, du Parti populaire démocratique (PDP), principal parti de l'opposition, ont parcouru les trente-sept Etats que compte le Nigeria, rassemblant tous deux des cohortes de supporters impressionnantes.

Les candidats affichent et partagent les photos de foule sur les réseaux sociaux avec fierté, dans une bataille électorale féroce, qui a poussé le quotidien national The Punch à titrer, le 8 février : « PDP, APC : Ma foule est plus grosse que la tienne ».

En réalité, pour de nombreux experts et observateurs, les records historiques de participation aux meetings politiques sont davantage le symbole du ralentissement économique et de la pauvreté ambiante que d'un sursaut soudain de popularité pour ces deux candidats, qui ne sont pas particulièrement populaires ni charismatiques.

Les rassemblements politiques sont avant tout une occasion de récolter quelques billets, de la nourriture ou des « cadeaux » lancés par les équipes de campagne à la foule.

Le pays a plongé dans la récession économique entre 2016 et 2017, peu après l'arrivée de Muhammadu Buhari au pouvoir, et aujourd'hui la croissance peine à se relever.

Le géant d'Afrique est désormais le pays au monde qui compte le plus grand nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté (quatre-vingt-sept millions), devant l'Inde, selon le baromètre World poverty clock.

C'est, d'ailleurs, sur les questions économiques que l'opposant Atiku Abubakar veut faire la différence, promettant de « remettre le Nigeria au travail » (Make Nigeria work again).

Un scrutin très serré

Ancien vice-président mais aussi homme d'affaires prospère, le candidat du PDP défend une politique libérale pour sortir le Nigeria du marasme économique, alors que l'administration Buhari a favorisé l'interventionnisme de l'Etat sur la Banque centrale, fixant les taux de change ou interdisant les importations.

Muhammadu Buhari s'est également placé comme un politique proche du peuple, avec sa mesure « Trader Moni », un système de micro-crédit (de vingt-quatre à soixante-quinze euros) pour deux millions de petits commerçants dans les marchés.

« Buhari se place comme un homme d'Etat, pro-gouvernement, dans un système de nationalisation des services, alors qu'Abubakar se place comme pro-business et veut encourager le privé », note Cheta Nwanze, analyste politique pour le cabinet SBM intelligence, à Lagos. « C'est nouveau dans notre pays. Nous n'avons jamais eu cela auparavant », souligne le chercheur.

Au Nigeria, pays divisé entre un sud majoritairement chrétien et un nord à dominante musulmane, ainsi qu'entre trois groupes communautaires majoritaires (Haoussa, Yorouba et Igbo), le choix des candidats est plus souvent fondé sur sa région d'origine ou sa religion que sur les idées. Mais cette année, les deux candidats principaux sont tous deux Haoussas musulmans.

« Cette fois, les résultats des élections ne seront pas liés à une religion ou une ethnie », relève Tanko Yakasi, ancien politique de 93 ans, mémoire vive de Kano et du Nigeria post-colonial. « Il n'y aura pas de sectarisme ou de tribalisme. Ce sera très serré ou Atiku pourrait l'emporter », prédit-il.

Il reste une semaine au géant économique et démographique pour pouvoir organiser un scrutin libre et démocratique, dans un pays très défaillant en termes d'infrastructures, d'accès à l'électricité ou encore de sécurité.

Des régions entières, comme dans le nord-est, région dévastée par près de dix ans de conflit entre l'armée et l'insurrection djihadiste de Boko Haram, sont inaccessibles et plusieurs centaines de milliers de personnes déplacées ne pourront sans doute pas se rendre aux urnes. Même pour les autres, la tâche est compliquée.

Le 8 février, la Commission électorale nationale nigériane a étendu le délai limite pour collecter les cartes d'électeurs au lundi 11 février après avoir reçu une avalanche de plaintes.

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.