9 Février 2019

Ile Maurice: Soodesh Callichurn - «Nous envisageons de nous passer des agents recruteurs»

La situation des relations industrielles dans le pays a retenu l'attention de Soodesh Callichurn. Le ministre du Travail est revenu sur la liquidation «volontaire» de l'usine de textile Palmar Ltée lors de la conférence de presse de l'alliance gouvernementale ce samedi 9 février.

Soodesh Callichurn a souligné que l'entreprise avait accumulé des dettes d' «environ Rs 600 millions» auprès de la Mauritius Commercial Bank. Avant de préciser que tous les employés ont reçu leur salaire du mois de janvier. «Il y a des commandes jusqu'à mars». Au cas où l'entreprise ne peut être sauvée, «on parle du licenciement de 1400 personnes, dont 950 Mauriciens», a indiqué le ministre. «S'il y a licenciement, j'ai demandé à la Mauritius Export Association de redéployer le maximum d'ouvriers». La situation dans une autre entreprise, Future Textiles, affectée par un «problème de cash flow» est également suivie par le ministère.

Soodesh Callichurn a aussi abordé le sujet des travailleurs bangladais maltraités par leur employeur, Akeelesh International. «Sur 58 travailleurs étrangers, sept ont souhaité continuer à travailler pour cette entreprise, à cause de leur permis de travail ». Le ministre a affirmé que l'entreprise sera, «poursuivie au criminel». Avant d'annoncer que des négociations sont en cours pour, «voir comment on peut se passer des agents recruteurs. Les employeurs pourraient alors recruter eux-mêmes» la main d'œuvre requise. Le ministère du Travail aussi décidé de réaliser des dépliants expliquant leurs droits aux travailleurs étrangers, dans leur langue maternelle. «Nous voulons que les contrats de travail soient aussi dans leur langue maternelle». Trois Memorandum of Underdstanding «sont déjà prêts» et attendent d'être signés.

Quant au député Zouberr Joomaye, il est revenu sur la mission du Fond Monétaire International chez nous. Et ses commentaires positifs sur la croissance. Il a accusé le député de l'opposition Reza Uteem de «malhonnêteté intellectuelle». Cela suite à un article de presse, où il aurait, «servi artifis pou dir ki exper FMI pe fer erer». Zouberr Joomaye s'est appuyé pour cela sur la dette qui est «passée de 65% du PIB, à 63.7%» ainsi que sur le rapport MCB Focus. Zouberr Joomaye a aussi critiqué son ancien leader, Paul Bérenger, qui serait «factually wrong» concernant les mesures prises dans le cadre du Brexit. Avant de souligner que, comme prévu dans le Budget, la Financial Services Commission vient d'annoncer que le cadre regulatoire pour le Custodian Services (Digital Asset) Licence prendra effet à partir du 1er mars 2019. «Maurice sera le premier pays au monde à avoir un tel cadre légal».

Enfin, Bobby Hurreeram a ciblé le leader de l'opposition, Xavier Duval, au sujet de l'interdiction de fumer dans les prisons. Une mesure qui doit prendre effet le 15 février. «Nou dan enn pei kot tou zafer vinn politik». Il a rappelé que cette interdiction a été recommandée dans le rapport Lam Shang Leen sur la drogue. «Il y a eu des préparatifs avant que cette mesure n'entre en vigueur», a-t-il souligné. « Tou ti trankil. Ou gayn misie Duval en parfet meter tchoula ki met dife. Il faut laisser l'administration pénitentiaire faire son travail. Prizon ve pa dir al kas enn poz kouma dir dan sipermarse».

Ile Maurice

Les Mauritius Leaks choquent le monde

Après les Panama Papers, les Offshore Leaks et les Paradise Papers, le Consortium international des journalistes… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.