10 Février 2019

Congo-Kinshasa: Vers la gratuité de l'enseignement primaire et secondaire?

Photo: Unicef
Élève en plein apprentissage en RDC

C'était l'une des promesses de campagne du président Félix Tshisekedi. Travailler à la gratuité de l'enseignement primaire et secondaire en RDC à la rentrée 2019.

Lors de sa tournée régionale, Félix Tshisekedi l'a à nouveau promis aux Congolais de la diaspora. C'est notamment la prime versée par les parents aux enseignants qui aujourd'hui pèse le plus sur le pouvoir d'achat des Congolais, de quelques dizaines de dollars à quelques milliers par élève et par an, dans un pays où l'on vit avec à peine plus d'un dollar par jour. Ce sera la remise en cause d'un système mis en place depuis l'ère Mobutu, mais l'application de cette mesure pourrait lourdement peser sur les caisses de l'Etat déjà vides.

Etat failli dans les années 1980, le Zaïre du maréchal Mobutu est appelé par les bailleurs de fonds à réduire son train de vie. Déjà à l'époque, à peine plus de 60% des enseignants congolais sont payés par l'Etat qui va tout simplement arrêter d'en payer certains. C'est à ce moment-là que le système de primes payées par les parents d'élèves est généralisé.

Quand la Constitution est adoptée en 2005 et que l'enseignement primaire est ainsi constitutionnellement décrété « gratuit et obligatoire », il n'y a que 30% des enseignants qui sont payés, et encore très mal.

Depuis, les instituteurs et professeurs de la République n'ont eu de cesse que de réclamer salaires et augmentations. Depuis surtout, ils se plaignent de devoir passer la plus grande partie de l'année à faire pression sur les parents ou même à chasser les élèves qui n'ont pas payé la prime.

Ces promesses qu'ils avaient données, ils doivent les respecter...

Résultat, selon une enquête nationale dite « sur les enfants et adolescents en dehors de l'école », ils sont plus de 7 millions d'enfants de 5 à 17 ans à ne pas fréquenter les bancs de l'école. Selon le budget 2019, plus de 140 000 enseignants ne sont toujours pas payés du tout par l'Etat.

Il faudra commencer par là. L'Observatoire de la dépense publique, une ONG congolaise, estime que plus de 500 millions de dollars seront nécessaires pour supprimer ces primes. Ce serait presque la totalité du budget dédié à l'enseignement primaire et secondaire au Congo cette année.

La gratuité seule avoisine déjà 1,6 milliard de dollars...

Congo-Kinshasa

La bataille du Sénat déchire le FCC de l'ex-président Kabila

En République démocratique du Congo, les deux poids lourds de l'ancienne majorité… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.