Congo-Kinshasa: Non à la "continuité" - Me Michel Okongo appelle Tshisekedi à favoriser un nouveau départ

Cadre de l'Opposition ayant fait ses preuves au sein de l'Udps durant près de 25 ans, avant de créer son propre parti, Unité des Valeurs, Michel Okongo est sorti de son silence et a félicité le nouveau Président élu, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour sa victoire à la présidentielle du 30 décembre 2018.

Dans une déclaration rendue public le vendredi 8 février, il a, par la même occasion, recommandé à l'actuel Chef de l'Etat de mener une politique de rupture d'avec l'ancien régime, tout en favorisant un nouveau départ pour la RD. Congo, par la promotion des valeurs fondamentales d'un Etat de droit.

Le président de l'Unité des valeurs considère l'élection de Félix Tshisekedi, leader de l'Udps, non pas comme un cadeau ou un privilège offert par l'ex-Chef de l'Etat Joseph Kabila, comme plusieurs veulent le faire croire, mais une restitution d'un pouvoir qui aurait été volé à son parti aux scrutins de 2011 pour lesquels Etienne Tshisekedi wa Mulumba revendiquait la victoire. Il précise que ce triomphe ne peut être assorti d'aucun accord, d'aucune contrainte, moins encore d'un arrangement car, ajoute-t-il, c'est un droit légitime.

Michel Okongo met en garde Félix Tshisekedi qui ne doit, selon lui, intenter aucun compromis avec l'ancien régime notamment, avec Joseph Kabila, son prédécesseur, qui, précise-t-il, jouit sans restriction, ni modification de tous les avantages prescrits par la Constitution de la République, en sa qualité d'ancien Chef de l'Etat. Voilà pourquoi, estime-t-il que Tshisekedi Tshilombo a la charge de concourir à la concrétisation d'un nouvel élan pour le Congo-Kinshasa.

Lequel élan, à l'en croire, devra se baser dans la mise en valeurs des « sept » éléments fondamentaux sur lesquels l'on peut bâtir un Etat de droit, à savoir : le respect de la parole donnée, de la Constitution, des lois de la République, la réinsertion professionnelle, le recyclage, la réhabilitation du passé congolais ainsi que le pardon, l'unité et la cohésion nationale. Pour l'heure, Michel Okongo, qui salue cette élection d'un Opposant à la magistrature suprême, indique, en même temps, que son parti, Unité des Valeurs, n'appartient plus à l'Opposition et s'aligne, d'ores et déjà, dans le camp du pouvoir.

«Hier, Unité des Valeurs était dans l'Opposition. Cependant, à partir du 1er Février 2019 et en mémoire d'Etienne Tshisekedi... , Unité des Valeurs vient mettre de manière solennelle fin à son appartenance à l'Opposition pour se ranger du côté du pouvoir, sachant bien entendu qu'à ce jour, nous ne sommes pas aux affaires», rapporte ladite déclaration. En outre, il a souligné que le candidat malheureux Martin Fayulu constitue une pièce de puzzle utile dans cette voie vers le nouveau départ. A cet effet, il recommande à tous les acteurs politiques de l'opposition de privilégier l'unité sans laquelle l'alternance tant voulue risquerait de se transformer à un rêve brisé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.