Burkina Faso: Demission de Guillaume Soro du perchoir - Ce qu'en pensent des Burkinabè et des Ivoiriens

Photo: Le Pays
Guillaume Kigbafori Soro
11 Février 2019

Le Président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, Guillaume Soro, lors d'une session extraordinaire qui s'est tenue le vendredi 8 février 2019, a démissionné de son poste. Des Burkinabè et des Ivoiriens donnent leur avis par rapport à cette démission.

Abdoul Razac Koné, étudiant en anglais

« Il ne part pas parce qu'il veut, mais parce qu'il n'est pas aimé »

« C'est une bonne initiative pour lui dans la mesure où il veut être président. Mais si c'est pour se présenter en 2020, il ne pourra pas être président parce qu'il est impopulaire en Côte d'Ivoire. Dans la formation RHDP, il n'est pas célèbre.

Donc, il serait mieux pour lui de laisser tomber, pour l'instant, son ambition d'être président. Il y a la partie émergée de l'iceberg et il y a aussi la partie cachée.

De manière officielle, on voit ce qui se trame au niveau de la faction, mais en bas, c'était le désaccord depuis longtemps quand on se rappelle de 2017.

Les mouvements de mutins, c'était lui, mais Ouattara l'a su après. Il ne part pas parce qu'il veut, mais parce qu'il n'est pas aimé. Il préfère partir pour ne pas être plus honni. »

Augustin Zabré, particulier

« Chacun a le droit de chercher le pouvoir »

« Je pense que c'est une stratégie pour lui afin de se préparer pour le futur. Pour ce qui est de la Côte d'Ivoire, chacun est en train de lutter de son côté et chacun veut faire pour lui.

Et je pense que pour Guillaume Soro, c'est le cas. Il vise la présidence et j'espère qu'il ne va pas lâcher. Chacun a le droit de chercher le pouvoir. »

Constantin Nikiéma, économiste gestionnaire

« Cette démission n'est pas le fruit du hasard »

Avant tout, Guillaume Soro est un homme politique très averti. Il a travaillé avec au moins deux à trois régimes, il sait à quoi s'en tenir. Je pense que lui-même a des ambitions politiques et cette démission, n'est pas le fruit du hasard.

On lit, dans cette démission, une rupture avec la vieille classe politique pour donner du sang neuf à la Côte d'Ivoire.

Avec la libération de Blé Goudé et de Laurent Gbagbo, la scène politique va se surchauffer. Je pense que cette démission est une échappatoire pour Guillaume Soro, pour pouvoir se libérer de son mentor et voler de ses propres ailes.

Il faut qu'à un moment donné, la jeunesse africaine puisse prendre le devant de la scène politique pour pouvoir mieux appréhender les choses.

Quoi qu'on dise, les sexagénaires et les octogénaires qui sont toujours sur la scène politique, n'ont pas toujours la même vision politique que les jeunes. Il y a un hiatus. Je salue très fortement cette démission de Guillaume Soro et je l'encourage dans sa dimension politique. »

Akré Adje Joachim, coiffeur, consultant capillaire

« La démission de Guillaume Soro est stratégique »

« La démission de Guillaume Soro est stratégique parce que le Président Alassane Ouattara et Guillaume Soro ont toujours marché ensemble. Si aujourd'hui, ils décident de se séparer, il y a eu un accord de séparation.

Alassane Ouattara avait promis le pouvoir au PDCI. S'il décide que son petit, Guillaume Soro, s'écarte, c'est pour laisser le pouvoir aux autres.

Sinon, il n'y a pas de bagarre entre eux, puisque le président Alassane Ouattara avait parlé de la démission de Guillaume Soro avant que ce dernier ne l'annonce lui-même.

Issouf Compaoré à DHL

« Il est dans sa logique »

« Guillaume Soro est conséquent avec lui-même. S'il a des ambitions présidentielles, il est normal qu'il ne partage pas le point de vue du président, qu'il prenne ses responsabilités et emprunte sa propre voie. Il est dans sa logique et je ne vois pas de problème à cela.

Glawdys Kambiré, coiffeuse

« Tout ce que nous voulons, c'est la paix »

« La politique en Côte d'Ivoire, si tu veux rentrer dans ça, tu auras toujours mal au cœur. Les politiciens s'entendent entre eux et après, ils font autre chose. Il y a trop d'hypocrisie. Nous, on ne peut pas rentrer dans ce jeu-là. Tout ce que nous voulons, c'est la paix. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.