Tunisie: Les doublures valent-elles les cadres ?

10 Février 2019

Les changements constamment opérés par l'entraîneur espérantiste n'ont pas empêché les blessures.

C'est que le rythme auquel est confronté la formation « sang et or » est infernal. Et ce n'est pas le rythme d'un match tous les trois jours qui pose problème, mais plutôt le fait que l'équipe n'a pas eu droit à une trêve hivernale proprement dite, outre que la FTF est obligée d'accélérer le mouvement vu que, cette saison, la CAF a changé ses calendriers de la CAN et des compétitions interclubs.

Junior Lokosa, une première peu convaincante

Exception faite de Rami Jéridi qui a sorti un très bon match, des deux arrières Iheb Mbarki et Houcine Rabii qui ont rempli correctement leurs rôles, le reste des joueurs espérantistes qui ont foulé la pelouse du Stade Néjib Khattab de Tataouine a livré une prestation nettement en dessous de la moyenne. De quoi se poser la question suivante : les doublures valent-elles vraiment les cadres ?

C'est que les Aymen Mahmoud, Mohamed Ali Ben Romdhane, Mohamed Amine Meskini et autre Fadi n'étaient pas en mesure d'imposer leur jeu. Et même la nouvelle recrue, Junior Lokosa, a déçu. Une première apparition peu convaincante du Nigérian, pour ne pas dire décevante, sous les couleurs « sang et or ».

Il faut dire aussi que sur l'ensemble du match, la formation « sang et or » était loin de son niveau habituel. Ceci peut s'expliquer par la fatigue cumulée.

Bref, le stress des matches est devenu épuisant pour les joueurs-cadres. Quant aux doublures, elles n'étaient pas tout simplement au rendez-vous à Tataouine. Un rendez-vous complètement raté malgré la victoire. Même Taïeb Meziani a déçu. L'Algérien est apparu comme perdu dans ses idées, incapable d'aller jusqu'au bout d'une action offensive.

Pourvu que Mouîne Chaâbani secoue ses joueurs et rectifie le tir avant l'explication retour contre Orlando Pirates.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Tunisie

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.