11 Février 2019

Congo-Brazzaville: Département sanitaire de Brazzaville - La surveillance épidémiologique, l'une des priorités de l'année

Face à la menace visible des épidémies dans le pays et dans la sous-région, le département sanitaire de la capitale veut redoubler de vigilance dans le but de mettre la population à l'abri.

Lors de l'évaluation annuelle de ses plans, projets et programmes sanitaires, la direction départementale de la santé de Brazzaville a défini les principaux axes de son action pour cette année.

Le renforcement de la surveillance épidémiologique est la première des priorités qui renvoie à la collecte, l'analyse et l'interprétation des données sur des événements spécifiques de santé afin d'alerter sur les phénomènes sanitaires inattendus et évaluer les pratiques en matière de santé publique.

« Le profil épidémiologique reste dominé par l'incidence du paludisme », soulignent les conclusions des travaux d'évaluation annuelle 2018.

L'initiative de renforcer la surveillance tombe à pic au moment où l'épidémie de fièvre hémorragique chikungunya s'est déclarée dans les départements du Kouilou et du Pool avec plus de mille cas dans le premier.

La lèpre ainsi que tant d'autres maladies tropicales négligées ou encore des maladies non transmissibles posent de sérieux problèmes de santé publique dans le pays. Les plans de riposte mis en place permettent de les endiguer mais la lutte est encore longue.

Le département sanitaire de Brazzaville prévoit, par ailleurs, d'atteindre une couverture vaccinale à au moins 90% d'antigènes cette année. Il sera aussi question de redéployer le personnel de santé en tenant compte des besoins afin de résorber l'inégale répartition constatée. La revitalisation des districts sanitaires se poursuivra. Le développement du district sanitaire de l'Île Mbamou est également prévu.

L'évaluation sanitaire de l'année dernière révèle que les accidents de la voie publique ont constitué la troisième cause de morbidité dans les districts sanitaires de Talangaï (6e arrondissement) et de Makélékélé (1er arrondissement).

Sur l'hygiène environnementale de l'habitat et hospitalière, le contrôle de l'évacuation des déchets solides et liquides, les indicateurs sont encore médiocres. Les couvertures sont faibles en soins prénataux et en planning familial. On note également l'amélioration des plateaux techniques des hôpitaux de Bacongo, Makélékélé et Talangaï.

Cependant, la situation des décès maternels demeure préoccupante dans les hôpitaux de Talangaï et de Makélékélé. Le taux de décès néonataux et infantiles encore élevé.

Les travaux de l'évaluation annuelle des plans, projets et programmes du département sanitaire de Brazzaville ont été clôturés par le secrétaire général du département, Letchaud Bonsang Oko. Il a souhaité que les échanges soient de plus en plus permanents entre les structures de la direction départementale de la santé et l'autorité préfectorale afin que tous les mécanismes permettent la mise en application effective des différentes recommandations pour le bien-être physique et mental de la population.

Congo-Brazzaville

L'ONU annonce son soutien au Conseil national du dialogue

L'information a été donnée par le représentant spécial du secrétaire… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.