11 Février 2019

Afrique: Il est temps que l'Afrique façonne son destin

Encore une fois, l'approche de développement prônée par la Tunisie a été consacrée au sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba.

Le président Béji Caïd Essebsi n'y est pas allé par quatre chemins pour assurer que l'Afrique a l'obligation de façonner son destin et de prendre en charge son développement en trouvant des «solutions africaines à des problèmes africains».

La formule «à des problèmes africains, des solutions africaines» est révélatrice d'une culture spécifique profondément enracinée dans l'esprit du président Caïd Essebsi et guidant son approche diplomatique et sa vision de la gestion des problèmes du continent.

Cette vision considère, en effet, que l'Afrique n'a de leçons à recevoir de personne et qu'il n'existe aucune recette que les Africains pourraient copier pour accéder au progrès et à la prospérité.

Et s'il existe une recette ou un exemple à suivre, ce sont les Africains qui ont l'obligation de les imaginer et de les mettre en œuvre. En puisant ce modèle tant attendu dans «les priorités, les valeurs et les aspirations du continent».

Pour le président Caïd Essebsi, si le sommet d'Addis-Abeba devait avoir un mérite, et s'il devait être couronné par une grande décision qui restera dans les annales de l'UA, ce serait bien qu'il marque un tournant dans la gouvernance par le continent de ses propres affaires dans le sens que les Africains comprennent qu'il est grand temps que le développement du continent et son intégration dans la dynamique mondiale de progrès soient l'œuvre exclusive des Africains, sommés plus que jamais d'assumer leurs responsabilités et de se prendre en charge dans l'objectif de faire de leur continent une entité intégrée, pacifique et prospère.

Et le message de la Tunisie (voir La Presse du dimanche 10 février 2019) de souligner -- comme l'a précisé le président Caïd Essebsi lors de ses entretiens en marge des travaux du congrès -- que les Africains ont le devoir de régler par eux-mêmes les problèmes qui constituent encore de sérieux obstacles à la concrétisation des plans de développement, aussi ambitieux soient-ils.

Ainsi, la question de la paix et de la sécurité doit-elle être placée au fronton des préoccupations de l'Union africaine et sa résolution doit-elle obéir à une approche participative où tous les pays africains auront leur mot à dire.

Les fléaux des guerres civiles, du terrorisme et de la corruption appellent aussi des solutions que les Africains se doivent de puiser dans leur legs si riche en valeurs qui rassemblent, propagent la paix et consacrent les principes de tolérance et de consensus.

Idem pour les questions liées à l'économie, à la création d'une zone africaine de libre-échange, à la liberté de circulation, à la promotion de la condition des femmes et des jeunes, etc.

La Tunisie est convaincue, et elle l'a affirmé haut et fort : le destin de l'Afrique est entre les mains de ses fils.

Décideurs politiques, investisseurs et compétences sont dans l'obligation d'œuvrer ensemble dans le but de faire sortir le continent de la situation de marginalisation où il se trouve.

Avec sa jeune population et ses énormes ressources naturelles et richesses, l'Afrique se doit d'occuper la place d'un ensemble économique fort, fiable et inspirant la confiance des investisseurs dans le monde.

La Tunisie est convaincue que l'heure a sonné pour que l'Afrique se réveille.

Tunisie

Coupe de la Confédération - Sfax-Berkane et Zamalek-Etoile en demi-finales

Les demi-finales de la Coupe de la Confédération opposeront le CS Sfaxien (Tunisie) à la… Plus »

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.