Ile Maurice: Cyclone Gelena - Rodrigues se remet sur pied

12 Février 2019

Des maisons complètement endommagées, le réseau électrique à terre, des arbres déracinés, des routes abîmées, des bateaux devenus «épaves»... Après le passage de Gelena, Rodrigues tente tant de se remettre sur pied.

En effet, depuis hier après-midi lundi 11 février, toutes les routes principales de l'île qui ont été déblayées sont praticables. Cependant, dans certaines régions côtières, la montée de la mer a emporté un peu d'asphalte.

En outre, les techniciens du Central Electricity Board (CEB) sont à pied d'œuvre depuis lundi matin. À hier, 40 % des abonnés du CEB ont été reconnectés au réseau électrique, contre 10 % dimanche soir.

Selon un premier bilan, une centaine de pylônes électriques ont été déracinés. Les régions qui sont pourvues d'électricité sont notamment autour de Port-Mathurin et de l'hôpital de Crève-Cœur, où les câbles de haute tension passent sous terre. Une équipe de techniciens dépêchée dans l'île, dimanche, devra d'abord rétablir le courant à l'aéroport.

De son côté, le directeur général par intérim du CEB, Shamshir Mukoon, a mis le cap sur Rodrigues, hier aprèsmidi, pour superviser les travaux. «Au fur et à mesure que les membres de la Special Mobile Force enlèvent les arbres qui sont tombés sur les fils électriques, nos techniciens font le nécessaire pour réparer les dommages», affirme-t-il. Toutefois, le CEB n'est pas en mesure de préciser quand toute l'île sera connectée au réseau électrique.

Par ailleurs, à hier soir, le Rodrigues Disaster Risk Reduction And Management Council compilait toujours les données. Selon un premier bilan, six maisons ont complètement été endommagées, alors que 37 autres ont subi des dégâts majeurs.

«Il y a aussi 180 maisons avec des dommages légers. Et 79 personnes ont rapporté que des enclos ou des garages n'ont pas résisté aux rafales», déclare l'assistant surintendant de police Max Raboude, directeur du Rodrigues Disaster Risk Reduction And Management Council. D'ajouter qu'il y a aussi des bateaux qui ont été endommagés et qui ressemblent à des épaves.

Nombreux sont ceux qui se sont rendus à la police pour rapporter les dommages causés à leurs maisons. À l'instar de Marcel Poinen, propriétaire d'une maison qui ne date que de trois ans seulement.

«Lors du passage de Gelena, une rafale a arraché la toiture en tôle profilée et les poutres métalliques de notre maison, avant de les projeter 40 mètres plus loin. Nous avons passé une bonne partie de la nuit dans une pièce à ciel ouvert», déplore Marcel Poinen. Le vent et la pluie de ces derniers jours ont tout endommagé chez lui.

À 1 heure du matin, alors que le vent soufflait fort à Montagne-Cabri, le couple Poinen tentait de retenir le toit de sa maison avec une corde. «Nous avons lâché prise à un moment, préférant sauver notre vie», lâche Marcel Poinen. «Selon mes voisins, c'est la première fois que des rafales aussi fortes ont soufflé dans la région de Montagne-Cabri... » À Nassola, Gino Louis, un menuisier de 45 ans, n'a pas eu de chance lui aussi. Son atelier n'a pas résisté aux rafales. Et l'eau de pluie a envahi les lieux, endommageant ses appareils électriques. «Je ne sais plus comment je vais faire pour travailler», dit-il, angoissé.

Des passagers bloqués enfin rentrés, rassure MK

Pour des raisons de sécurité, l'aéroport de Plaine-Corail a fermé ses portes. Et tous les vols entre Maurice et Rodrigues ont été suspendus depuis le vendredi 8 février. Mais les passagers bloqués à Maurice et à Rodrigues ont finalement pu rentrer, a affirmé hier Air Mauritius (MK), qui opère quatre vols par jour entre Maurice et Rodrigues. Quid des passagers qui ont eu des imprévus ? La compagnie d'aviation prendra contact avec eux pour les informer quel vol il faudra qu'ils prennent, avance-t-on.

Dégâts minimes à la réserve Leguat

Plusieurs projets de conservation ont été à la merci des vents de Gelena. Les cyclones font partie des risques naturels qu'encourent la faune et la flore protégées à Rodrigues. La «Mauritius Wildlife Foundation» nous explique qu'avec les perturbations dans les télécommunications depuis le week-end, peu d'informations sont disponibles de la branche présente à Rodrigues. Mais pour le moment, l'ampleur des dégâts sur les projets de conservation de la faune et de la flore est encore en train d'être évaluée. Dans la réserve de François Leguat, les dégâts ont été minimes, à l'exception de branches arrachées par les rafales.

La majorité des arbres endémiques ont bien résisté à Gelena. Le programme de replantation des arbres endémiques par la réserve a pu reprendre aujourd'hui avec ses autres activités. La saison des pluies reste le meilleur moment pour planter les arbres car le sol est plus facile à travailler. «L'express» a tenté de contacter le commissaire de l'environnement, Richard Payendee, pour savoir quelle était l'ampleur du travail à entreprendre pour la faune et la flore ainsi que le lagon, mais celui-ci est resté injoignable.

Légumes et médicaments arrivent par le dornier

Le gouvernement central a dépêché l'avion de la police, le Dornier, à Rodrigues hier après-midi, avec en soute des médicaments et des semences. Le chef commissaire, Serge Clair a annoncé la nouvelle lors d'une conférence de presse à Port-Mathurin, hier. L'avion transportera également une première cargaison de légumes pour éviter toute pénurie. «Nous allons importer des légumes pendant deux mois par bateau pour éviter une flambée de prix», a-t-il annoncé.

Pour les maisons endommagées, le gouvernement régional attend un rapport afin de venir en aide aux victimes. Il en sera de même pour les pêcheurs qui ont perdu leurs embarcations.

Par ailleurs, Serge Clair s'est donné deux semaines pour faire nettoyer l'île. La compagnie de nettoyage Rod Clean devra recruter 100 contractuels. L'Assemblée régionale engagera également des bûcherons du privé et des camions pour déblayer les routes.

Au niveau de la communication, les lignes endommagées devront être reconnectées d'ici ce week-end.

Une ligne de solidarité mise en place

Les besoins des Rodriguais ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd. Certains ont décidé de se tourner vers l'Organisation non gouvernementale (ONG) Solidarité Rodrigues, qui travaille à l'intégration des Rodriguais à Maurice. Hier, durant la journée, l'ONG a reçu plusieurs appels à l'aide de ceux dans le besoin à Rodrigues.

«Ça met du baume au cœur de voir cet élan de solidarité se mettre très rapidement en place aussi bien par les Mauriciens que des Rodriguais, installés ici, afin de soulager les familles là-bas», lance Jean Margéot Ravina, l'un des responsables de l'ONG. Celle-ci espère faire parvenir des dons vers l'île durant le courant de la semaine. «Nous avons reçu plusieurs appels de personnes qui voulaient participer pour aider les Rodriguais. Nous avons déjà reçu des vêtements», explique-t-il.

«Pour des raisons évidentes, nous n'acceptons pour le moment que des dons matériels, vêtements, matériel scolaire et vivres en conserve, entre autres, qui sont d'importance actuellement.» L'ONG qui se trouve à PortLouis sera ouverte ce jeudi et ce samedi pour recevoir les dons des volontaires. En ce qui concerne le transport des vivres à Rodrigues, la question est encore en suspens. «Nous travaillons encore sur ce point, étant donné que nous venons de commencer à mettre en place ce mouvement de solidarité», ajoute Jean Margéot Ravina.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.