Burkina Faso: Présidentielles 2020 - Le MKDO affûte ses armes

12 Février 2019

En prélude aux élections de 2020 au Burkina Faso, le Mouvement pour la candidature et l'élection de Kadré Désiré Ouédraogo (MKDO-2020) a animé une conférence de presse, le samedi 9 février 2019, à Ouahigouya.

Il s'est agi, pour les conférenciers, de présenter le mouvement, d'échanger avec les Hommes de médias sur les objectifs attachés au soutien à Kadré Désiré Ouédraogo.

« Le Burkina Faso a mal à sa gouvernance. Le peuple est peiné d'assister à une satisfaction tardive de ses aspirations ». Tels sont les mots introductifs de la déclaration liminaire du MKDO qui ajoute que la population nourrit même le sentiment de regret des événements historiques de 2014.

Et pour causes : les conférenciers constatent avec regret, entre autres, une fronde sociale jamais égalée, la montée de l'insécurité, la morosité économique, le manque de repères pour les jeunes, une perte progressive d'une partie de notre territoire du fait de l'insécurité croissante.

Cette problématique se traduit par une mal gouvernance et une incapacité de la classe politique à dépasser ses intérêts égoïstes pour promouvoir un développement durable pour tous.

C'est fort de ce constat et soucieux de l'avenir radieux de notre pays, que le MKDO s'est engagé pour la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo.

«Le Burkina Faso est comme un bateau en panne au milieu des eaux agitées ne sachant où aller... », selon Dieudonné Ouédraogo, membre du MKDO de la section Nord.

Pour éviter de boire le calice jusqu'à la lie, le MKDO a décidé de mener une réflexion visant à proposer une alternative pour une meilleure gouvernance au Burkina Faso.

Afin de dévoiler les objectifs poursuivis par le mouvement, ses membres ont animé une conférence de presse le samedi 9 février, à Ouahigouya.

Les conférenciers ont estimé que le Burkina n'a plus besoin de la politique politicienne, mais d'un leader qui s'affirme et qui s'assume et qui obéit aux règles de gestion du pouvoir d'Etat. « Cet homme doit avoir comme qualité principale la vision.

L'homme qu'il faut, c'est Kadré Désiré Ouédraogo, ancien président de la Commission de la CEDEAO », ont-ils indiqué. De par les qualités de l'homme, son parcours, son expérience, son carnet d'adresses bien fourni, les conférenciers soutiennent qu'il est l'homme de la situation du moment.

Se prêtant aux questions des journalistes sur les actions déjà menées sur le terrain, les conférenciers nous ont donné rendez-vous incessamment sur le terrain.

« Le MKDO est un mouvement citoyen, apolitique, affilié à aucun parti politique. Il est né de la volonté d'hommes et de femmes qui ont soif des aspirations d'un peuple meurtri. Il vit des cotisations de ses membres », selon Adama Ouédraogo, porte-parole de la section nationale du MKDO.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.