Afrique: Appel aux Chefs d'Etat Africains - Martin Fayulu propose la réorganisation des élections dans 6 mois...

Après avoir suggéré à la Cour Constitutionnelle congolaise de procéder à la restitution de la "vérité des urnes", démarche sans suite favorable, et hormis le fait qu'il ait saisit la Cour Africaine des droits de l'homme et des peuples, sans obtenir gain de cause, Fayulu Madidi s'adresse désormais aux Chefs d'Etat Africains réunis à Addis-Abeba pour le compte de la 32ème Session Ordinaire de la Conférence de l'Union Africaine.

Il dénonce, cependant, la présence d'une personne non éligible à ces assises venue y assister sans avoir toute la légitimité possible. En transmettant cette adresse, le candidat malheureux de la présidentielle du 30 décembre 2018 propose à ces hôtes d'imposer une réorganisation des élections à la RDC dans les 6 prochains mois. Dans cette vague de multiplicité de message, le schéma de Martin Fayulu brouille.

Visiblement, le candidat commun désigné à Genève s'évertue à porter la casquette de l'opposition radicale depuis son échec dans la course à la magistrature suprême. Est-ce la bonne manière de s'y prendre ?

Cependant, au fur et à mesure que le temps passe, Martin Fayulu, l'homme de LAMUKA, semble s'endormir un peu plus, avance un analyste politique.

Il se perd entre vérité des urnes, recomptage des voix, rétablissement des voix et réorganisation des élections.

A en croire certains, le Candidat de LAMUKA aurait perdu la réelle motivation de sa lutte. Lui qui, autrefois, a porté haut et fort l'étendard de l'opposition Congolaise, particulièrement appuyé par deux ténors, semble ne plus avoir des repères, ni soutien. Ces alliés de taille se sont, pour certains, rétractés.

Ce faisant, il revient à sa lutte principale qu'il transporte au niveau régionale. Désormais, Fayulu Madidi hausse le ton en dehors de son pays dans l'idée d'obtenir une suite favorable. Dans sa casquette de nouvelle tête d'affiche de l'opposition, il met en place un deadline de 6 mois à l'issue duquel les élections seront réorganisées de manière véridique, transparente et indépendante.

Toutefois, il convient de signaler que lors de son premier meeting le 2 février 2019, à la place Sainte Thérèse, depuis l'installation de son ancien colistier, Martin Fayulu a revendiqué la vérité des urnes et a appelé le peuple à la résistance pacifique face à celui que lui-même qualifie "d'imposteur".

Pourtant, le 15 février 2019, la coalition LAMUKA entend faire un deuxième meeting, cette fois-là à Goma où les élections n'ont pas eu lieu jusqu'à ce jour. Face à cette réalité, nombreux se demandent ce que serait son discours ou le point focal de son message, puisqu'à l'heure qu'il est, Fayulu est pris entre plusieurs thématiques. Reste à savoir si et seulement si le meeting de Goma sera autorisé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.