Tunisie: L.DridiI (Entraineur de l'USM) - «Les litiges avec la FIFA ont énormément entravé la bonne marche de l'équipe... »

11 Février 2019

Tous ces facteurs ont eu un effet négatif, sur la préparation, dont les retombées se sont vérifiées lors de la confrontation de Lubumbashi. L'équipe, très affectée par ce qui se passe, a été très fragilisée et il lui a manqué cette hargne et cette rage de vaincre, des qualités qui ont fait la force de ce club même dans les moments les plus difficiles.

A qui incombe la responsabilité dans tout ça : au staff technique qui a mal préparé ce déplacement difficile, aux joueurs sans âme ni repères ou au comité qui n'a pas assuré toutes les conditions de réussite pour ce safari à hauts risques? La responsabilité, à mon avis, est collective car chacune de ces trois parties assume une part de responsabilité. Mais que faut-il faire pour faire le point, et de surcroît, déterminer qui est derrière ce waterloo de Lubumbashi? A mon sens, le temps n'est pas du tout opportun pour dresser un bilan car nous sommes en pleine compétition et une telle démarche risque d'amplifier davantage la situation déjà très critique.

Il faut absolument prendre du recul et faire preuve de calme et de patience pour mettre de l'ordre dans la maison... Il faut tout simplement continuer à travailler avec le même groupe qui nécessite un soutien inconditionnel de tout un chacun et attendre la fin de la saison pour opérer par exemple une grande lessive au sein de l'équipe ou prendre la décision d'écarter certains cadres qui n'ont plus leur place dans l'équipe.

Bref, la réhabilitation de ce club légendaire reste possible à une seule condition, la famille clubiste devrait se réunir sur la même table afin de déterminer les causes de cette crise qui ne cesse de secouer le club ces dernières années... et mettre en place une nouvelle stratégie qui devrait tenir compte de tous les aspects administratifs, financiers et techniques susceptibles de remettre les «Rouge et Blanc» sur orbite...

Donc une restructuration profonde de la gestion du club s'impose pour que ce club au passé glorieux puisse redémarrer sur des bases solides avec bien sûr la nécessité d'une stabilité au niveau du comité, du staff technique et de l'effectif qui a besoin plus que jamais d'un sang neuf pour espérer retrouver son lustre d'antan»...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.