12 Février 2019

Congo-Brazzaville: Médias - Une grève en perspective à la Radio-Télé 50

Le personnel exige de son employeur le paiement de plus de onze mois d'arriérés de salaires.

Les agents de la Société Congo-24 SARL, dont font partie ceux des chaînes de radio et de télévision-50, menacent de débrayer à partir du 18 février. Leur avocat, Me Eddy Mukadi Kantabilenga, intervenu sur les ondes de la radio Okapi, soutient que ces arriérés de salaires réclamés auprès de l'employeur sont évalués, pour les uns, à plus de onze mois, et pour les autres, à quatorze mois.

En plus de leurs dus, les employés de radio et télé 50 attendent également de leur employeur l'organisation de l'élection d'un comité syndical chargé d'assurer la défense de leurs droits ainsi que le contrôle des activités de l'entreprise.

Me Mukadi, qui dénonce un enrichissement illicite des dirigeants de radio et télé 50 ainsi qu'une exploitation du personnel, relève que depuis 2016, les conditions de vie des travailleurs se sont détériorées alors que ce média de droit congolais « fonctionne à plein régime sans payer son personnel ».

Le propriétaire de la société, le président provincial de l'Union de la presse congolaise pour la ville de Kinshasa, Jean-Marie Kasamba, cité par la radio onusienne, a, lui, affirmé, en réaction à ces accusations, que les salaires étaient payés au fur et à mesure depuis la semaine dernière et qu'il n'avait reçu aucun courrier de menace de grève des agents.

Des allégations réfutées par les journalistes et autres employés. Au contraire, ils dénoncent les menaces et pressions faites sur eux par leur employeur. Les effets de ce mouvement de grève se font déjà sentir car, ce média réputé s'est vu obliger de combler son programme du 11 février avec la musque et la publicité, étant donné que le froid a déjà « gelé » certains de ses méandres.

Certaines sources indiquent que les dirigeants de cette entreprise de presse tentent d'user du trafic d'influence pour pousser le personnel à surseoir sa menace de grève. Selon elles, des noms des dignitaires ont été brandis pour décourager ces employés qui semblent déterminés à avoir gain de cause. « Il oublie que les temps ont changé et qu'il ne peut pas continuer à abuser de ses employés comme dans un territoire conquis. D'ailleurs, l'Etat a encore renforcé les dispositions qui régissent les rapports employeur-employés. La promesse a été faite du passage des inspecteurs pour vérifier si ces décisions sont appliquées. En plus de nos arriérés de salaires, il lui faudra également se conformer à ces règles qui gèrent actuellement le jeu », a déclaré un des employés de cette société qui a recquis l'anonymat.

Congo-Brazzaville

Silas Wamangituka - Le Congolais supervisé par Hambourg

Silas Wamangituka est l'une des révélations de la saison en Ligue 2. D'ailleurs, le jeune attaquant du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.