Afrique: L'Angola est membre de l'Union africaine depuis 43 ans

Luanda — La République d'Angola célèbre ce mardi, 12 février, ses 43 ans depuis son admission au sein du principal forum de concertation politique d'Afrique, l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA), appelé aujourd'hui Union africaine (UA).

Le pays était la 46ème nation admise au sein de l'organisation continentale, où il cherche à contribuer diplomatiquement à la résolution pacifique des principaux conflits en Afrique, principalement ceux de la région des Grands Lacs. À propos, le ministère des Relations extérieures a souligné en 2018 que l'entrée du pays dans la société africaine des nations était le point culminant d'une "intense bataille diplomatique sous la direction du premier président de la République d'Angola, Agostinho Neto".

À cet égard, l'Angop a entendu un certain nombre de personnalités politiques qui ont indiqué les moyens les plus viables pour que le pays élargisse son champ d'influence et d'intervention en Afrique, et convergent sur la position à adopter au sein de l'Union africaine.

La position convergente suggère que l'Angola continue à maintenir ses contributions actuelles dans l'organisation, afin de permettre à l'institution de mener à bien des programmes de développement du continent.

Selon le politique et sociologue Lucas Ngonda, il est nécessaire que tous les Etats membres se conforment rigoureusement à cette prémisse de la contribution, afin de permettre progressivement à l'UA de devenir moins dépendante de l'aide extra-africaine. Il considère également fondamental que le continent africain surmonte les bouleversements politiques et mette l'accent sur le développement socio-économique.

Selon André Gaspar Mendes de Carvalho, président du groupe parlementaire de CASA-CE, l'Angola a été un exemple dans la question des contributions en Afrique.

Le politicien, qui était auparavant directeur national des relations internationales du ministère de la Défense (1999-2011), croit que l'UA doit faire beaucoup plus pour atteindre ses objectifs, soulignant que la responsabilité n'était pas seulement de l'Angola.

"Il faut plus de dynamisme et d'engagement pour que nous puissions cesser d'être la queue du monde", a déclaré le politique avant de souligner la participation de l'Angola aux différentes sessions de l'organisation, où il affirme apporter des idées valables.

Diplomatie active Le vice-président de l'UNITA, Raul Danda, espère que l'Angola développe, dorénavant, une diplomatie ferme qui contribuera à améliorer les performances et la dignité de l'UA dans la résolution des problèmes du continent.

Il estime que l'Angola, de concert avec d'autres pays, a la capacité diplomatique de permettre à tous de prendre des positions favorables au continent.

Le politicien s'interroge sur le type d'indépendance des pays de la zone franc CFA, où ils peuvent rester sans salaire si la France refuse de produire de l'argent. Selon lui, l'UA ne jouera un rôle décisif, en faveur de la stabilité et du développement du continent, que si elle comprenait de membres moins dépendants et moins subordonnés. Pour lui, ceux qui reçoivent des avantages excessifs courent le risque de perdre leur liberté. L'organisation, a-t-il averti, devrait se renforcée afin d'éviter de recourir davantage à l'ONU pour résoudre les problèmes du continent ou des pays membres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.