14 Février 2019

Congo-Kinshasa: La difficile bataille contre l'épidémie de Chikungunya !

Après les rumeurs qui ont abondamment occupé la toile la semaine dernière sur l'existence en République Démocratique du Congo de l'épidémie de Chikungunya, la nouvelle vient d'être confirmée hier mercredi 13 février par la sommité des laboratoires nationaux, à savoir : l'Institut National des Recherches Biomédicales, INRB. C'est le docteur Chela Makiala qui l'a livrée sur les antennes de la radio Top Congo, en ces termes :

« Les analystes sont en cours, mais nous avons déjà quelques résultats préliminaires qui confirment qu'effectivement nous avons une épidémie de Chikungunya qui touche la ville de Kinshasa et la zone de santé de Kasangulu dans le Kongo Central ».

Selon les spécialistes, la maladie se manifeste par des douleurs articulaires au niveau des genoux et des pieds, et parfois au niveau des mains. Les personnes atteintes souffrent de forte fièvre, de céphalées, et de douleurs atroces.

La maladie se transmet par les moustiques. Le docteur Chela Makiala recommande, en guise de prévention, l'assainissement de l'environnement. Pour ce faire, il conseille de vider tous les ustensiles d'eau où les moustiques peuvent venir pondre des œufs.

Par ailleurs, le médecin indique que c'est pour la troisième fois que l'épidémie de Chikungunya sévit en République Démocratique du Congo. La première fois, la maladie s'était déclarée en 1999-2000, et la seconde fois en 2012. Toutefois, la maladie n'est pas mais très invalidante.

Comment se protéger dans un environnement en crise d'eau potable ?

Le travail de l'INRB d'alerter la population sur l'existence en RDC, particulièrement dans la capitale Kinshasa et une portion de la province du Kongo Centra, est à encourager. Tout comme les différentes mesures de prévention communiquées à la population en vue de prendre des dispositions qui s'imposent pour éviter la maladie.

Cependant, la question reste de savoir « comment vaincre une telle bataille dans un environnement où l'eau potable se veut une denrée rare pour la population ? ». Ces derniers temps où les robinets sont secs dans plusieurs quartiers de la ville et la situation dure des heures, voire au-delà de 24 heures ! Quand l'eau coule, il est rare pour que ça fasse des heures sans qu'il y ait coupure.

Face à la situation, la population n'a pas d'autre alternative que de recourir à l'eau des puits, avec toutes les conséquences qui en découlent. Etant dans la saison des pluies, le reflexe premier est de mettre des récipients pour recueillir qui tombe des tôles quand il pleut. Et personne n'ignore toutes sortes de parasites qui peuvent s'y introduire. Car, il s'agit d'une opération qui est loin de rassurer au plan sanitaire.

Quant à l'assainissement de l'environnement, l'inquiétude va grandissante. Tout le monde sait que la capitale congolaise se trouve dans un environnement d'insalubrité totale. Des flaques d'eau jonchent la majeure partie des artères de la ville. Des quartiers entiers sont impraticables, des immondices font bon ménage avec la population et quelques décharges publiques qui existent ne sont pas vidées en temps réel. Des poubelles sont jetées n'importe où, les denrées alimentaires vendues à même le sol, etc.

Comme on peut le constater, avec un tel tableau sombre, il est vraiment difficile de faire face aux épidémies particulièrement dans la ville de Kinshasa. Malgré les précautions que chacun peut prendre, il est presqu'impossible et échapper infiniment aux risques des maladies. Dom

Congo-Kinshasa

Jeanine Mabunda, première Présidente de l'Assemblée Nationale

La République démocratique du Congo (RDC) vient d’ouvrir une nouvelle page de son histoire… Plus »

Copyright © 2019 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.