Mali: Frappe de Barkhane près de Dialloubé dans la région de Mopti

Une patrouille mixte de la force française Barkhane et des Fama, l'armée malienne, dans les rues de Ménaka (photo d'illustration).

Au Mali, la force française Barkhane a mené une opération aérienne mercredi 13 février, vers Dialloubé, un village au nord de Mopti, dans le centre du pays. L'état-major l'a communiqué hier jeudi. Plusieurs avions, venus de Niamey au Niger, ont tiré sur une position où se trouvaient des membres d'un groupe armé.

C'est dans la nuit que deux avions Mirage français ont bombardé la forêt de Garamoukaw, à quelques kilomètres du village de Kofel. Le survol d'un drone a permis de repérer des combattants qui se réunissaient. «Il s'agit d'une opération ponctuelle, explique le colonel Patrick Steiger, porte-parole de l'état major des armées. Le centre présente un certain nombre de menaces et Barkhane conserve la capacité d'agir parfois en dehors du Liptako», conclut-il.

D'après le gouverneur de Mopti, Sidi Alassane Touré, les forces armées maliennes sont déployées dans la région pour quadriller les rives du fleuve Niger de Mopti à Sendegue. Les soldats établissent aussi le bilan définitif de l'opération. Le communiqué de l'état-major français parle de plusieurs combattants mis hors d'état de nuire. Des sources locales, affirment avoir vu des jiadistes acheminer leurs blessés sur des charettes vers la localité de Kofel.

La région de Dialloubé abrite plusieurs forêts où se cachent des combattants de la katiba Macina. Malgré l'annonce fin novembre, par l'armée française, de la mort d'Amadou Koufa, chef de ce groupe jiadiste, ses combattants conservent une forte capacité de nuisance dans la région.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.