15 Février 2019

Congo-Kinshasa: La Céni à Yumbi pour évaluer les défis sécuritaires des élections

La Commission électorale nationale indépendante a entamé les préparatifs de l'organisation des élections législatives nationales et provinciales dans les circonscriptions de Beni et de Butembo, dans la province du Nord-Kivu et de Yumbi, dans la province de Mai Ndombe.

Les deux premières entités n'avaient pas voté en décembre 2018 à cause de l'épidémie d'Ebola et de l'activisme des groupes armés, selon les explications des autorités congolaises. A Yumbi, des violences à caractère communautaire avaient fait au moins 800 morts. Le bâtiment ainsi que les matériels de la Céni avaient été incendiés. Aujourd'hui, la centrale électorale se prépare et tient à organiser ces élections le 31 mars 2019.

Une mission de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) est arrivée à Yumbi ce jeudi. Sa mission : évaluer les défis sécuritaires et logistiques à l'approche des élections législatives nationales et provinciales du 31 mars, soit environ quatre mois après les violences.

Première tâche : s'assurer que les conditions sécuritaires sont remplies dans cette zone désormais gérée par un colonel des forces armées de la RDC (FARDC) qui fait office d'administrateur du territoire.

Ici, le peu de personnes restées dans la cité après les violences de décembre craignent une autre attaque malgré le dispositif renforcé de l'armée, de la police et la présence des casques bleus de la Monusco, la mission onusienne. L'autre inconnue est le retour ou non de la population.

Et d'après le porte-parole de la Monusco, la situation risque de durer en raison de l'ampleur de la destruction dans la zone, la perte des biens et moyens de subsistance des populations, et l'absence des services de l'Etat. Mais aussi la destruction du bâtiment et des matériels de la centrale électorale. Le personnel de la Céni devra également être reconstitué.

Attaque liée aux élections

De son côté, la justice militaire poursuit son enquête sur le massacre. 14 personnes ont déjà été arrêtées pour le meurtre d'au moins 501 victimes, c'est le bilan jusqu'à présent de la justice militaire. L'ONU parle d'au moins 535 victimes. D'autres personnes sont recherchées et présumées en fuite.

Pour l'auditeur général de l'armée, le général major Timothée Mukuntu, tout semble indiquer aujourd'hui que l'attaque était préméditée et qu'elle était liée aux élections.

La toile de fond est une querelle entre deux ethnies [...] C'est possible que des hommes politiques soient poursuivis. Mais comme toujours, il y a des choses qu'on sait, la population a déjà indiqué les commanditaires, tous désignés. Mais savoir ne suffit pas, il faut prouver.

Congo-Kinshasa

L'Union africaine déconseille les restrictions de voyage Ebola

Malgré le risque de propagation dans la région, il ne faut pas imposer des restrictions de voyage aux… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.