16 Février 2019

Maroc: Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes

En cette matinée du jeudi 14 février, à peine les premières lueurs du jour envahissaient-elles la ville de Casablanca, qu'un cycliste trouva brutalement la mort, après avoir été percuté par une rame sur la ligne 1 du tramway.

Ce drame qui a eu lieu au niveau du carrefour situé après la station "Cité de Laymoune", comme le souligne Casa Tramway dans un communiqué, est à relier avec les chiffres publiés dans le document des statistiques des accidents corporels de la circulation routière datant de 2016, et qui révèlent que les cyclistes et cyclomotoristes viennent en tête des tués avec 34,58%.

Un chiffre qui a connu une nette augmentation deux ans plus tard (42% de l'ensemble des tués).

Alors que dans le même communiqué, Casa Tramway met en cause le cycliste qui ne s'est pas arrêté au passage de la rame, cet accident rappelle également les difficultés rencontrées par les cyclistes au moment de circuler dans le réseau routier urbain.

Absence de passages réservés aux cyclistes

Il y a quelques jours, le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) a décidé d'instaurer une sorte de charte du conducteur responsable intitulée : La Charte nationale de la bonne conduite sur la route.

Dans ce document, il est demandé aux deux roues en général et aux cyclistes en particulier de respecter les feux de signalisation, de porter un casque de protection et surtout d'entretenir les équipements de leur vélo ou moto. Par contre, l'une des nombreuses incohérences de cette charte tient dans le fait de demander aux cyclistes d'utiliser des pistes cyclables.

Une demande totalement lunaire et incompréhensible, quand on sait que les pistes cyclables n'existent quasiment pas. Certes il y en a quelques-unes disséminées çà et là, mais leur présence confine toujours à l'exception.

Du coup, les cyclistes sont obligés de partager la voie des automobilistes, taxis et autres bus. Et il faut avouer que ces derniers ne voient pas toujours du bon œil leur présence.

Cyclistes et automobilistes, une cohabitation difficile

Outre le fait que les quelques rares pistes cyclables sont souvent accaparées par les automobilistes, il est affligeant de constater qu'en plus, ces derniers n'éprouvent que peu de considération et d'empathie envers les cyclistes. Par exemple, parfois, les automobilistes ne laissent pas de corridor sécuritaire aux cyclistes lorsqu'ils les dépassent.

Mais encore, ils ouvrent leurs portières sans jeter un coup d'œil dans leur rétroviseur. Pis, il y en a certains qui n'hésitent pas à tourner sans mettre leur clignotant. Sans oublier les nombreux taxis qui s'arrêtent brusquement, sans prévenir. Evidemment, il ne s'agit aucunement de verser dans un quelconque procès d'intention, puisque les cyclistes ont eux aussi leur part de responsabilité dans ce taux de mortalité si élevé. Beaucoup roulent dans le sens inverse du trafic ou sur les trottoirs, sans porter de casque ni d'éclairage, une fois la nuit tombée.

En tout et pour tout, il paraît évident que le vrai défi tient dans une modification de comportement et d'attitude fondée sur des valeurs de respect, de civisme et de bon sens. De ce fait, il est temps de mettre en action des gestes de surveillance, de sensibilisation et d'éducation pour éviter le pire après ce fâcheux accident.

Maroc

L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai

L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme a commémoré dans la douleur… Plus »

Copyright © 2019 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.