Cameroun: Journée mondiale du pangolin - La lutte contre le pillage de la faune s'intensifie.

16 Février 2019

La 8ème Journée mondiale du pangolin sera célébrée le 16 février 2019. Les activités autour de cette journée comprendront notamment une sensibilisation visant à attirer l'attention du public sur la situation critique des pangolins qui font face à des menaces existentielles.

Selon les statistiques de l'organisme d'application de la loi faunique, LAGA, l'organisation a aidé les agents de la faune sauvage à saisir 7,5 tonnes d'écailles de pangolin au cours des cinq dernières années. 55 personnes ont été arrêtées lors d'opérations ayant conduit aux saisies. Alors que certains font actuellement l'objet d'un procès, la majorité d'entre eux a été condamnée à diverses peines de prison et à des amendes.

L'année dernière, un réseau international composé de quatre pays : Le Nigeria, le Cameroun, la RCA et la RDC a été démantelé à Douala avec plus de 700 kg d'écailles saisies et six trafiquants arrêtés. En janvier 2017, une cargaison illégale de 5 tonnes d'écailles de pangolin sur le point d'être exportée a été saisie auprès de deux ressortissants chinois qui ont été arrêtés, jugés et emprisonnés.

Face à la progression du commerce illégal, les passionnés de pangolin, les écologistes et le monde entier célébreront samedi prochain la Journée mondiale du pangolin. Les pics alarmants et soudains du commerce illégal d'écailles de pangolin inquiètent de nombreux écologistes, qui comprennent parfaitement les ravages que ce phénomène cause au sein des populations de pangolin. Selon Francis Nchembi Tarla, spécialiste de la faune sauvage et coordinateur d'un réseau spécialisé dans le commerce de viande de brousse appelé CABAG: «trois ans après la réunion de la CITES à Johannesburg, d'importantes saisies d'écailles provenant d'Afrique ont encore lieu en Asie».

Après la réunion de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) qui s'est tenue à Johannesburg en 2016 et le reclassement de l'espèce dans la catégorie des espèces totalement protégées, le gouvernement camerounais a immédiatement emboîté le pas et a reclassé les trois espèces de pangolins du pays au statut de totalement protégé.

Mais la boucherie continue, et Tarla atteste: «Dans la plupart des restaurants locaux, la viande de pangolin est ouvertement proposé au menu. A plusieurs stations sur les principales autoroutes, des pangolins vivants sont ouvertement vendus ».

Ces dernières années, les gouvernements, les institutions et les organisations ont lancé avec frénésie des mesures pour la conservation du pangolin après avoir réalisé que peu de choses avaient été faites pour sauver l'espèce. À l'occasion de la Journée mondiale du pangolin et pour faire face aux défis croissants en matière de conservation, les passionnés de pangolin et les défenseurs de l'environnement se réuniront sous les auspices de TRAFFIC - un réseau mondial de surveillance du commerce des espèces sauvages, pour créer un groupe de travail sur le pangolin qui sera axé sur des mesures visant à la protection de l'espèce dans le pays. Ce n'est là qu'un des moyens employés par les experts du secteur pour résoudre le problème, et Tarla de déclarer que: «Notre tâche est encore immense et nous devons renforcer davantage nos capacités et tripler nos campagnes de sensibilisation pour réduire la demande».

Outre la traque et l'arrestation des trafiquants d'écailles de pangolin, le Ministère des Forêts et de la Faune a brûlé en février 2017 plus de trois tonnes d'écailles de pangolin saisies lors d'opérations d'application de la loi sur la faune au cours des dernières années. C'était la première fois que des écailles de pangolin étaient détruites publiquement en Afrique. Ceci fait partie de la stratégie du gouvernement visant à intensifier la lutte contre le trafic d'écailles de pangolin en envoyant un message fort de tolérance zéro.

Les pangolins sont considérés comme les mammifères les plus trafiqués dans le monde et la demande croissante d'écailles en Chine et dans d'autres pays asiatiques a entraîné une forte augmentation des prix, faisant peser de graves menaces sur l'espèce dont la population décline rapidement dans plusieurs États en Afrique et en Asie. Ils ne sont pas traqués seulement pour leur viande, mais également pour leurs écailles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.